Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 00:01

Juste quelques photos, quelques images, un peu de formes & de couleurs... 


Je n'ai pas plus le temps de poster des photos que d'écrire des articles sur les 'exotiques' en cette fin d'été mais, force est de constater, que je suis incapable de rompre définitivement le lien.

Tout cela me manque beaucoup et je compte bien y remédier dès que je le pourrai même si j'ai désormais des responsabilités professionnelles autant que personnelles qui m'en empêchent.


Aussi je vous propose une fois de plus ci-desous quelques photos de végétaux que j'affectionne particulièrement, lesquelles n'ont pas encore eu le loisir de rencontrer un public...

 

Ci-dessous et par ordre d'apparition à l'écran: Nelumbo nucifera (infrutescence), Passiflora sp., Nephrolepsis (détail), Agave victoria reginae, Hedichium rubrum, Cyperus papyrus, Protéacées sp.


 

Lotus (infrutescence)


Passiflora sp.


Néphrolepsis (détail)


Agave Victoria reginae (détail)


Hedichium rubrum


Cyperus papyrus-copie-1


Protéacées sp.


Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 00:01

Eh oui, même si j'ai décidé de ne plus écrire sur les 'exotiques', je voulais vous faire partager une fois encore quelques photos des végétaux que j'affectionne tout particulièrement, celles-ci étant injustement restées dans mes archives depuis leur prise de vue...

Voyant que le printemps se fait terriblement attendre et histoire de mettre un peu de soleil & de couleurs dans ce quotidien morose (partout en France!), je joins à ces quelques lignes les photos de végétaux prises l'été dernier sur la Côte d'Azur.

 

Vous y découvrirez notamment un Alluaudia procera, des inflorescences de Musella lasiocarpa & de Caesalpinia gilliesii dans les serres de Julien Mallet (Hyères-les-Palmiers), un Brugmansia en fleurs dans les ruelles de St. Paul de Vence, un trop rare Pinus patula (Jardin Botanique de Nice), ainsi qu'un Crassula & un Bégonia bien 'exotiques' capturés dans les serres du Parc Phoenix, à Nice également.

 

Il me reste autant de photos que de choses à dire ou à partager sur ce vaste sujet que sont les 'exotiques'. Faute de temps, je publierai toutefois quelques-unes de ces photos 'orphelines d'articles' dès que j'en aurai le loisir autant que je continuerai de répondre à vos questions sur les sujets abordés dans ce site.


 

Alluaudia procera


Begonia sp.


Caesalpinia gilliesii


Brugmansia sp.


Musella lasiocarpa


Crassulaceae sp.


Pinus patula


Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 00:01

Cela fait un bon moment maintenant que je n'ai pas posté de nouvel article sur La Pépinière. La raison: des obligations professionnelles & personnelles grandissantes, lesquelles ne me permettent plus d'écrire comme je l'ai fait pendant près de six ans. 

 

Avant de tirer définitivement ma révérence, j'ai néanmoins encore quelques pépites & autres douceurs à vous faire partager (fruits de mes dernières 'récoltes estivales'...)

Aussi je posterai ci-dessous et probablement dans une prochaine publication, une partie des photos de mes derniers candidats à articles sur les 'exotiques'.

 

Il m'en reste encore quelques dizaines (si ce n'est plus!), ainsi ma sélection sera aussi aléatoire qu'arbitraire. Je serai cependant très heureux si elles rencontrent les lecteurs de 'La Pépinière' et que, pour une dernière fois, elles vous donnent envie de les adopter...

 

Pour les raisons décrites précédemment, les délais de réponses aux courriers qui m'ont été envoyés sur contactpepiniere@yahoo.fr ont été rallongés et je le regrette. Quoi qu'il en soit, je répond toujours à tout le monde... 


Sachez que j'ai pris un plaisir immense à vous parler de 'mes' végétaux, à partager quelques-unes de mes connaissances & autres découvertes végétales avec vous. Je profite d'ailleurs de ce post pour remercier tous ceux qui m'ont écris et/ou témoigné leur reconnaissance ou leur affection durant toutes ces années: j'y ai été très sensible et ai beaucoup apprécié ces échanges. Un grand merci à tous!...

 

Je continuerai à poster mes 'avant-après' et autres articles plus 'généralistes' sur La Pépinière 2 en lien ci-contre (paysagisme & co), jusqu'à ce que mon site 'silveredoumayrou.com', soit enfin mis en ligne - il est prêt depuis un moment déjà, mais je n'ai pas encore eu le temps de le finaliser...

 

Ainsi vous trouverez ci-dessous (et par ordre d'apparition à l'écran), les photos de Furcraea bedinghausii, Eichhornia crassipes, Pelargonium graveolens, Plumeria sp., Arbutus andrachne, Yucca sp. et Eucalyptus gunni.

 

(d'autres photos à suivre dans un prochain post...)


 

Furcraea bedinghausii

 

Eichhornia crassipes

 

Pelargonium graveolens

 

Plumeria sp.

 

Arbutus andrachne

 

Yucca sp.

 

Tronc Eucalyptus gunni


Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 00:01

Découverte par hasard il y a de nombreuses années déjà dans les serres du Parc Floral de Paris, la plante a pris une toute autre dimension quand j'ai pu enfin la voir 'en vrai' (comprenez 'en extérieur'), dans le Sud de la France. Il ne m'a pas fallu longtemps pour que je l'adopte et que je me la procure dans les meilleurs délais!

 

Asparagus densiflorus ne nous est pas complètement étrangère puisque l'une de ses cousines directes, Asparagus sprengeri (l'Asparagus d''intérieur' - un végétal que l'on côtoie régulièrement chez les mamies & autres maisons de retraite) lui ressemble beaucoup. Mais notre 'densiflorus' est définitivement plus intéressante que cette première, par sa forme unique & très caractéristique, autant que d'Asparagus officinalis (celle que l'on mange), laquelle n'a de principal intérêt justement que d'être consommée!

 

En effet Asparagus densiflorus développe de fines branches (couvertes de centaines de micro-feuilles) qui forment de 'manchons', dressés d'abord puis retombants ensuite. Ce port très particulier lui donne un petit côté 'dread locks'. 

Ci-dessous détail des feuilles...

 

 

Asparagus densiflorus 1 - S. Doumayrou

 

Le vert de ses feuilles, doux & lumineux, donne à la plante une vraie présence, alors que son architecture finie de l'asseoir. Croyez-moi, il est impossible de passer à côté: elle est définitivement bien plus graphique & 'design' que ses cousines!... 

 

Comme de nombreuses 'exotiques' abordées sur ce site, Asparagus densiflorus nous vient du vivier Sud Africain. Oui mais voilà: à la différence de certaines de ses consoeurs, celle-ci est malheureusement un peu plus fragile. En effet, des gels d'environ -5°c seront suffisants pour la malmener (même si un pied bien installé saura redémarrer du pied après de plus fortes gelées) Aussi devra-t-on tout de même la réserver en pleine terre pour le pourtour Méditerranéen ou les côtes Bretonnes et pour l'intérieur (en véranda ou près d'une fenêtre), pour les autres régions Françaises...

 

Pour la faire se développer dans les meilleurs conditions (et seulement après l'avoir trouvée chez votre dealer préféré), veillez à installer votre Asparagus dans un sol assez lourd, riche mais également correctement drainé. En somme: on veut de la terre, de l'eau, du compost, mais ni trop, ni trop peu!

A l'eau, notre Asparagus est plutôt sensible, mais n'est ni pour le manque ou l'excès! Si vous lui donnez à manger elle n'en sera que satisfaite mais veillez juste à ne pas la rendre boulimique. En début puis en cours d'année, votre Asparagus n'aura de cesse de vos offrir de nouvelles pousses du moment que vous aurez mis toutes les chances de votre côté (sol, ensoleillement, arrosage...)

Vous pourrez ensuite la multiplier en semant les graines que la plante aura produites: j'ai testé avec succès! Celles-ci sont enfermées dans de petites billes presque noires (le fruit), lesquels succèdent à une micro floraison blanche aussi fine que discrète.

 

Notre Asparagus appréciera les situations plutôt ombragées sous climat ensoleillé. Ainsi, si vous n'avez qu'une fenêtre plein Sud à Paris à lui offrir, elle s'en satisfera également (= du soleil oui, mais pas trop)

Facile à multiplier, voici un végétal que vous trouverez à de petits prix et souvent déjà bien developpé, mais le plus dur restera de se le procurer! En effet et à mon grand regret, je dois reconnaitre qu'on ne trouve pas souvent notre densiflorus d'Asparagus en dehors des pépinières du Sud de la France...

 

Ci-dessous: photo de mon Asparagus densiflorus après un hiver particulièrement dur, lequel a rejeté tard dans la saison dans un petit village près de Toulon... (allez sur la toile vous faire une idée plus précise de ce à quoi elle peut ressembler)

 

 

Asparagus densiflorus 2 - S. Doumayrou

 

Pour illustrer ce bref article, je vous propose un morceau un peu 'rock' du groupe 'The Sunshine' - Beat it - popularisé grâce à l'excellente émission de Frédéric lopez: 'En Terre Inconnue'...

 

 

 

Published by Silvère Doumayrou - dans Vivaces
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 00:01

Compte tenu que notre climat Parisien est bien plus généreux en pluies qu'en soleil, en températures fraîches qu'en grosses canicules et en hivers plus froids que doux, il est certain que la Capitale ne compte que très peu de jardins 'exotiques'. Il est néanmoins possible de voir, de-ci de-là et en ville, quelques 'exotiques' bien sympathiques dans un cadre idyllique...

 

C'est le cas de ce coin bien caché & très bien gardé des 'beaux quartiers': les Jardins du Petit Palais (dans le 8ème Parisien) L'endroit n'est accessible que pour les visiteurs du musée: il ne se parcourt malheureusement pas librement... (j'ai déjà essayé plusieurs fois!)

Le 22 septembre dernier, à l'occasion de la Fête des Jardins, l'entrée était libre pour les collections permanentes autant que pour le jardin: j'allais enfin pouvoir jeter un oeil curieux sur ce petit espace aussi privilégié que réussi et, si j'en parle aujourd'hui sur La Pépinière, c'est parce que l'envie de donner une 'touche d'exotisme' au lieu à surement été l'un des fils conducteurs du projet...


En effet, dès l'entrée, on est accueilli par un jardin semi-circulaire ou plutôt par trois jardins en éventail et deux zones de containers parfaitement alignés type 'orangerie', plantés de Trachycarpus fortunei, de Chamaerops humilisYucca gloriosaFatsia japonicaMusa basjoo, de Juncus, d'Acanthes et d'Hostas, d'Euphorbes et de Miscanthus giganteum & zebrinus, plantés en quantité... 

Les plantes sont organisées autours de trois bassins en mosaïque représentant des motifs végétaux de style Art Nouveau. C'est juste très beau! (voir photo ci-dessous)


 

Mosaïque bassins du Petit Palais - Silvère Doumayrou


Si l'on y regarde d'un peu plus près, les végétaux ont été disposés, à la plantation (en 2005), de façon très symétrique. Cependant, et compte tenu de leur croissance depuis leur installation, cela ne saute absolument pas aux yeux: l'ensemble donne au contraire une sensation de 'fouillis organisé', où l'exubérance des plantes prime sur la rigueur de l'implantation...

 

Les Jardins du Petit Palais illustrent parfaitement ce rapport 'Nature/Culture' dont je parle souvent, tant le jardin parait sauvage et l'architecture pensée & organisée. Le bâtiment semble protéger le jardin d'une façon quasi paternaliste alors que ce dernier, sous ses airs généreux mais désordonné, fait parfaitement ressortir la rigueur & la justesse de ce premier. Aussi l'équation est, pour moi, très réussie. Non seulement le Petit & le Grand Palais sont des bâtiments absolument somptueux (témoignages de l'exposition universelle de 1900), mais le travail du paysagiste est venu mettre un point d'orgue à tout ce talent... (voir photo ci-dessous)


 

Jardin 'exotique' Petit Palais - Silvère Doumayrou

 

Voici un lieu qui vous fera complètement oublier que vous êtes au coeur de la ville et dans ce qu'elle comporte de particulièrement accompli en matière d'architecture. Si je n'avais qu'un seul reproche à faire (en fait il y en a deux): jamais je n'aurais mis de Bergenia (ça c'est très perso: je déteste les Bergenia!), j'aurais mis à la place des Alchemilla mollis par exemple, d'autre part je pense qu'il faut que ce jardin soit davantage entretenu: par endroits on sent que les jardiniers ne passent pas assez souvent (à mon humble avis) et les jardins risquent de décliner tout doucement...


Bref, une toute petite critique qui ne pourra enlever l'impression très réussie de cette réalisation ressentie lors de la visite du jardin, lequel je vous conseille vivement de parcourir si ce n'est pas encore chose faite!

Enfin, et si vous êtes en quête d'exotisme à tout prix au coeur de Paris, ne passez pas à côté du Square Boucicaut (dont j'ai déjà parlé sur ce site), le lieu en vaut vraiment la peine, autant que les serres du Jardin des Plantes ou d'Auteuil... 

 

Ci-dessous: petite vue des Jardins du Petit Palais (photo prise à l'aide d'un simple smartphone, comme les deux précédentes), fin septembre dernier à Paris...


 

Vue des Jardins du Petit Palais - Silvère Doumayrou

 

(Un coup de coeur en appelant un autre j'ai choisi, pour illustrer ces quelques lignes, le dernier single de Féloche - Silbo - un morceau qui, je crois, colle plutôt bien avec les émotions ressenties lors de la visite de ce jardin...)


 

 

Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 00:01

Elle est la reine des parterres Méditerranéens, plantée en quantités hallucinantes et à tout bout de champs, c’est l’Agapanthe du pauvre, la vivace sans soucis et qui fleurit, j’ai nommé: la délicieuse Tulbaghia violacea

 

Quand je l’ai croisée pour la première fois il y a quelques années déjà, elle était plus discrète, moins connue et surtout bien moins répandue. Je ne la connaissais donc pas encore. Je l’ai découverte près d’un lavoir dans un petit village Varois, au beau milieu d'une plate-bande qu’elle partageait avec des Agapanthes. J’ai donc d’abord vu un ‘ensemble’ de fleurs bleu-mauves, supporté par un grand nombre de feuilles bien vertes, plus ou moins larges. Attiré par cette profusion de fleurs, j’ai rapidement distingué deux espèces de plantes: une que je connaissais, l’autre pas.

 

Cette deuxième était notre Tulbaghia. Je l’ai prise en photos sous toutes les coutures, l’ai touchée, ai pris le temps de l’apprécier et me suis mis en tête de la trouver. Il ne m’a finalement pas fallu très longtemps pour mettre la main dessus: le sujet acheté n’était pas d’une grande fraîcheur mais, après plantation et quelques généreux arrosages, celui-ci s’est rapidement mis à fleurir et à gagner en épaisseur…

Ma seule erreur: n’acheter qu’un seul pied. En effet, le végétal prend toute son ampleur quand il est planté en quantité (à moins que le spécimen ne soit mêlé à d’autres végétaux types sauges, graminées & autres vivaces de votre choix)

Ci-dessous: détail des feuilles de Tulbaghia lors d'un arrosage...

 

Tulbaghia violacea feuilles - Silvère Doumayrou

 

Tulbaghia violacea est en fait une bulbeuse originaire d’Afrique du Sud. Elle a donc fait un grand voyage avant de nous ‘coloniser’. Malgré ses origines subtropicales, celle-ci est particulièrement résistante au froid puisqu’il faudra des gels de l’ordre de -15°c pour la condamner (même si dès -5°c son feuillage en prendra un coup...)

On pourra ainsi imaginer de l’installer ailleurs qu’uniquement sur le pourtour Méditerranéen, quitte à pailler un peu son pied avant l’hiver. Dans les régions tempérées elle se comportera comme une vivace, en perdant ses feuilles à mesure que les températures baisseront. Sous des climats plus doux elle sera persistante, aussi gardera-t-elle son feuillage en hiver avant d’entamer une nouvelle cession de floraison et ce, pendant tout l’été.

C’est d’ailleurs l’une de ses grandes qualités, outre sa facilité d’adaptation et sa grande résistance à la chaleur: c’est cette incroyable capacité à fleurir encore & encore, depuis la fin du printemps et jusqu'au début de l’automne, qui continue de m'étonner... 

Elle produit effectivement une grande quantité de petites fleurs mauves à violettes (d’où son prénom), portées par de longues & fines hampes qui se hissent bien au-dessus de son feuillage...

 

En le froissant à peine, il se dégage très vite une odeur d’ail ou d’oignon et c’est normal: la plante fait partie de la famille des Alliacées (donc de l’ail), son nom commun étant ‘Ail perpétuel’. Comme pour ses cousins, elle appréciera d’être installée dans un sol profond, correctement amendé, régulièrement arrosé (pour optimiser sa floraison) et, plein soleil, évidemment! (notez toutefois qu’elle se contentera d'une exposition mi-ombre dans les régions les plus ensoleillées)

Pour la multiplier, vous pourrez certes diviser le pied s’il est bien formé, en prélevant quelques bulbilles au printemps. Mais l’expansion du Tulbaghia n’est cependant pas très farouche, aussi je crois qu’il sera plus raisonnable, pour le voir coloniser votre jardin dans les meilleurs délais, d’accepter de vous procurer quelques nouveaux pieds.

Alors, je ne sais pas pour vous, mais moi c’est un végétal que j’ai adopté depuis un paquet d’années déjà et qui n’arrive pas à me lasser. Seul bémol: on trouve bien plus facilement Tulbaghia violacea dans le Sud de la France qu'au Nord de la Loire et, à mon avis, c’est une grosse erreur!...

 

Photo ci-dessous: détail de la fleur de Tulbaghia violacea, capturée l'été dernier dans mon petit jardin près de Toulon, dans le Var...

 

Tulbaghia violacea fleur - Silvère Doumayrou

 

(Pour clore cet article & en guise d''habillage musical' - pour ceux qui le souhaitent -  je vous propose une délicieuse chanson de Beirut - Nantes - vu il y a 15 jours au festival 'I Love Green' (au Parc de Bagatelle à Paris))

 

 

Published by Silvère Doumayrou - dans Bulbeuses
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 00:01

Nature ou avec quelques crevettes et un peu de vinaigrette, en salade, entouré de crudités ou en purée type ‘guacamole’ pour y tremper de délicieuses chips Tex Mex épicées, voici un fruit considéré comme un légume qui nous régale, qui nous nourri, mais connaît-on seulement sa feuille?...

 

Eh oui, on la connaît! On la connaît d’ailleurs très bien puisqu’à tous, un jour, entre le CP et le CE1, on nous a appris la germination du noyau de l’avocat...

Ça commençait par le nettoyer puis le faire sécher avant de lui planter 3 ou 4 allumettes pour le faire tenir les fesses dans l’eau sur un verre dépareillé ou autre pot de yaourt en verre. C’était un genre de jeu de construction qui nous était proposé au même titre que le collier de nouilles ou le dessous de plat en pinces à linge verni. 

Sauf que c’était bien plus magique que les lentilles dans le coton que de voir ce gros noyau se fendre en deux pour laisser apparaître une belle racine et, pratiquement simultanément, cette jeune pousse qui allait rapidement devenir feuilles & tiges...

(ci-dessous: détail d'une jeune pousse d'Avocat)

 

Jeune pousse Persea americana - Silvère Doumayrou

Persea americana, le nom Latin de l’Avocat, est à l’origine un arbre qui nous vient du Mexique et, plus largement, d’Amérique Centrale. Depuis son introduction dans notre alimentation (et l’histoire du noyau), il a gentiment colonisé les endroits où il trouvait un climat qui lui convenait, à commencer par nos appartements. Mais c’est bien un arbre et celui-ci a besoin d’espace pour s’exprimer, aussi devient-il rapidement un grand bonsaï en appartement car il faut le tailler régulièrement pour ne pas qu’il ressemble au Caoutchouc de nos grands-mères: vous savez, celui qui avait pour habitude de pousser à l’horizontale une fois le plafond atteint!...

 

Persea americana est un arbre robuste, mais pas trop. En fait, une fois bien installé, il sait résister à presque tout: notamment à l’excès ou au manque d’eau, à un soleil de plomb, à la pollution, mais c’est quand vient le gel qu’il trouve ses limites.

En effet, si le froid s’installe et que les températures descendent trop longtemps en dessous de -5/-7°c, il risque d’y laisser quelques plumes (voir plus!) Ces températures minimales sont des moyennes constatées et ne sont valables que pour notre Mexicain (les cultivars que l’on trouve généralement sur le marché - les Avocatiers Antillais ou Guatémaltèques - sont bien moins résistants au froid: au mieux -4 à -5°c pour le premier et à peine -1°c pour le deuxième…)

 

Aussi sera-t-il bon de savoir d’où vient le noyau d’avocat que vous avez fait germer afin de lui offrir les meilleures conditions de culture qu’il soit. Dans tous les cas et pour la plupart des régions Françaises il faudra accepter que votre avocatier grandira définitivement en pot et sera remisé l’hiver en serre chaude ou froide, selon la variété.

Pour les plus chanceux et j’en connais quelques-uns (notamment ceux qui habitent le pourtour Méditerranéen), vous pourrez l’installer en pleine terre, quitte à protéger un peu son pied en hiver. La photo que je vous propose en fin d'article est celle d’un Persea americana planté par ma grand-mère dans son petit jardin près de Toulon, il y a une vingtaine d’années déjà.

Dans ces conditions ‘Varoises’ il ne gèle pas et arrive même à fleurir. Compte tenu de ses proportions à l’âge adulte (plus de 10 mètres de hauteur), il est très régulièrement taillé et rejette systématiquement du tronc et de ses branches. On l’apprécie pour son feuillage généreux & l’ombre qu’il offre à son pied. Mais une autre variété, Persea americana ‘Fuerte’ arrive, sous ces mêmes conditions de culture, à fructifier généreusement et à offrir à leurs propriétaires de délicieux avocats, identifiables à leur peau lisse…

(ci-dessous: détail de l'écorce de Persea americana)

 

Détail tronc Persea americana - Silvère Doumayrou

 

Côté sol, notre Persea se contente de peu même si une terre bien travaillée et correctement amendée sera un plus pour faciliter son installation. Il réagit plutôt bien aux arrosages mais sait aussi s’en passer si les pluies venaient à manquer.

A mi-ombre, ses feuilles sont un peu plus grandes mais d’un vert tout aussi profond. L’écorce de son tronc et de ses branches les plus fortes est régulière d'abord et se crevasse légèrement avec le temps, d’une couleur brun-gris et d’un design plutôt agréable: doux à l’œil & au toucher.

En pleine terre, vous pourrez installer à son pied de nombreux végétaux ‘exotiques’ ou Méditerranéens de mi-ombre et de sol plutôt frais. Pour ma part, j’ai planté un généreux bouquet de Chamaedorea radicalis.

 

Outre l’expérience de sa germination qui est sympa à réaliser avec les enfants, je vous invite vous, les ‘grands’, à faire pousser notre Persea americana d’Avocat. Pour ma part, il fait partie depuis longtemps déjà du décor de cette petite maison de vacances de mon enfance et je ne le remplacerais par aucun autre végétal: il a trouvé sa place, nous comble de son feuillage abondant et les palmiers qui s’appuient sur son tronc semblent se développer en parfaite harmonie.

 

Photo ci-dessous: feuilles de Persea americana à contre-jour dans ce petit jardin près de Toulon, dans le Var…

 

Avocat - Silvère Doumayrou

 

 

(Cela fait des années que je pensais à mettre 'du son' pour accompagner mes articles (en attendant d'y mettre peut-être un jour de l'image), ce sera maintenant chose faite - pour ceux qui le veulent - avec ce premier lien: le collectif 'Roseaux' (Aloé Blacc & musiciens Jazz), qui reprend le célèbre standard de Police: 'Walking on the Moon'...



 

Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 00:01

J'ai vu cet été des jardins, des pépinières, de nombreux végétaux, connus ou nouveaux, des paysages variés, depuis la mer et jusque dans les terres, j'ai vu des villages hauts perchés et une côte encore sauvage, à certains endroits. J'ai vu du monde aussi, des routes très fréquentées et des plages bondées, parfois: quand le béton prend le pas sur le végétal, il est tant de tirer sa révérence et de regagner la campagne…

 

A Menton et ses alentours, il n’est rien de tel que le Val Rhameh si on n'y est jamais allé. Un petit crochet par le jardin de Serre de la Madone sera également une bonne idée. Voici deux endroits que je connais bien et que je vous invite à parcourir si vous ne les connaissez pas encore. J'ai par contre été un peu déçu par celui de la Villa Hanbury (que je découvrais), comme on peut l'être par le Domaine du Rayol (voir articles publiés ou à venir), jardins malheureusement trop peu entretenus. J'ai également découvert le Parc Phoenix à Nice que je pourrais recommander pour ses serres tropicales plutôt paysagées & très soignées. Le Jardin Botanique mérite aussi son petit détour, notamment cette année pour ses Furcrea en pleine fructification.

Non loin de là, le Jardin Exotique de Monaco est un incontournable pour les passionnés de succulentes & autres cactées. A quelques kilomètres seulement et à voir absolument: le Jardin Exotique d’Eze (sur lequel j'ai déjà écris), pas seulement pour ses végétaux, mais aussi pour la vue qu’il offre sur le village & sur la baie.

A Antibes, la Villa Thuret reste un point de passage obligé et à Hyères, même si le Jardin Olbius Riquet est un lieu à découvrir, il n'y a pas de plus bel endroit pour moi que le Clos St. Bernard (et la Voie Olbia!…)

 

Je n'ai cependant pas pu visiter tous les jardins que j’aurais voulu faute de temps ou parce que quelques-uns d'entre-eux ne se visitent que certains jours (comme la Villa des Cèdres, la Villa Maria Serena, le Jardin Ephrussi de Rothschild et j'en passe), mais entre Menton & Toulon la route est bordée de centaines de pépinières et autres jardinieries, lesquelles sont autant de raisons de s’arrêter pour trouver la perle rare ou simplement pour le plaisir…

(Ci-dessous, détail d'Haworthia en culture chez Kuentz, à Fréjus - Var)

 

Culture d'Haworthia chez Kuentz - Silvère Doumayrou

 

Plus j’arpente les jardins plus il m’est difficile de trouver des végétaux que je ne connais pas ou sur lesquels je n’ai pas déjà écris (même s’il me reste encore des centaines de plantes à cultiver ou à comprendre), heureusement j’en découvre chaque été de nouveaux chez les petits producteurs spécialisés.

Dans le même temps, je m’intéresse de plus en plus à la façon de paysager ces jardins, de mettre en harmonie cette palette de végétaux que j’aime et que j’étudie depuis plus de 20 ans, que je commence à bien connaître, que je découvre encore ou cultive un peu plus chaque année. Sans prétention aucune, j’ai maintenant très envie de me balader dans un jardin que j’aurais créé…

Aussi je crois que je posterai cette année probablement quelques-uns de mes derniers articles sur les ‘exotiques’ avant de m’atteler à une nouvelle tâche d’écriture certainement, d'autant plus qu'il me reste une quantité inouïe de jardins 'exotiques' ou non à parcourir ailleurs France  (et je précise que je tiendrai compte des avis des lecteurs en réponse à mon post d’avant les vacances, en mettant davantage de photos pour accompagner mes articles à chaque fois que cela sera possible)

 

Tous les jardins cités précédemment méritent évidemment que l’on s’y intéresse et qu’on les visite, ils sont source d’apprentissage autant que de plaisirs immenses, mais le plus agréable des jardins, où que l’on soit, est celui que l’on créé, celui que l’on invente, celui dont on a toujours rêvé. C’est celui que l’on construit année après année pendant toute une vie, avec ses connaissances & ses désirs. C’est celui qui nous apporte le plus de plaisir: le voir grandir, s’épanouir, s’améliorer toujours avant de nous porter & finalement nous combler.

Ce jardin est celui qui est ‘sien’, celui que l’on connaît par cœur, jusque dans ses moindres recoins, c’est celui qui nous est propre, n’en déplaise à certains…

Qu’il soit potager ou d’ornement, florifère ou très vert, c’est celui pour lequel on casse sa tirelire, celui qui occupe la plus grande partie de notre temps et au diable la vanité, l’exercice, à l’échelle d’une vie, n’a de sens que pour son propriétaire…

Semer, planter, organiser, amender, arroser, tailler sont quelques-uns des petits plaisirs du jardinier. Le regard que l’on porte enfin sur le travail accompli dépasse, pour moi et de loin, toutes les joies que la société moderne peut nous apporter…

 

Avant de vous quitter et d’ici le premier article de cette sixième saison d'écriture sur les 'exotiques', j’espère que vous avez tous passé d’excellentes vacances, que vous êtes armés pour attaquer cette nouvelle rentrée, que vous avez du végétal plein la tête et des désir de chlorophylle plus fort que jamais!!

 

Ci-dessous et pour habiller ces quelques lignes, je vous propose une photo qui fait juste du bien aux yeux, celle d’un détail des feuilles d’un Agave americana en pleine fructification, laquelle est le bouquet final de sa courte vie, 20 ans environ...

 

Feuilles Agave americana - Silvère Doumayrou

Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 00:01

Nous sommes maintenant tout proche de la période de l'année que tout le monde attend avec la plus grande impatience: celle où l'on peut quitter la capitale pour de verts pâturages (ou des horizons plus lointains pour certains), celle où l'on break enfin de notre quotidien, où les grasses matinées remplacent les réveils précipités & le chant des oiseaux celui du métro... 

 

Sur La Pépinière, depuis août 2007, ce sont depuis 5 ans maintenant près de 200 articles postés sur des végétaux dits 'exotiques' et, pour la plupart, acclimatables à la région parisienne. Ce sont également plus de 270 000 'visiteurs uniques' qui se sont baladés sur le site et près de 510 000 pages vues (articles & photos confondus), dont 15 500 pendant le seul mois d'avril de cette année: pas trop mal pour un blog spécialisé sur les végétaux.

Aussi, avant d'entamer l'été et de vous préparer de nouveaux articles sur ces plantes que nous affectionnons tout particulièrement, je voulais vous consulter sur ce travail d'écriture...

 

En effet, outre le succès que rencontre le site (autant que 'La Pépinière 2' - Blog dédié au paysagisme en lien ci-contre), je souhaitais avoir votre avis.

Vous, fidèles lecteurs de La Pépinière, autant que ceux de passage, je voulais non seulement vous remercier mais également vous demander quelles sont vos attentes en matière de publication. Je ne vous parle pas du style (je serais bien incapable d'écrire autrement qu'avec passion, et humour parfois, comme j'ai coutume de le faire depuis 5 ans maintenant!) non, je vous interpelle davantage sur le contenu proposé...

Plus de photos? Des idées de sujets que je n'ai pas traités? Des conseils précis ou particuliers? Des lieux ou des jardins dont je n'ai jamais parlé et que sais-je encore?... 

Ce site est le votre et cette activité n'a de raison d'être que si elle rencontre un public, et ce public c'est vous! Tout ce travail de recherche, de prises de vues, d'écriture puis de publication n'a de sens que s'il est vu, s'il rencontre un lecteur... 

 

J'ai expérimenté, il y a quelques semaines, la diffusion de publicités sur mes deux Blogs: La Pépinière & La Pépinière 2. Il s'agissait-là d'un essai: je ne voulais pas que la lecture de mes articles soit gênée par ces publicités mais, s'il y avait, par ce biais, un moyen de rétribuer financièrement ce travail d'écriture, je l'aurais accepté.

Sauf que voilà, je n'ai récupéré en 5 jours (sur mes deux sites) qu'à peine 1€ de 'droits d'auteur', somme que j'ai évidemment & gracieusement laissée à OverBlog - que je remercie toutefois de m'héberger gratuitement depuis 5 ans maintenant.

Aussi j'ai définitivement décidé que le jeu n'en valait pas la chandelle et que je ne perturberai pas la lecture de mes articles par des publicités inadaptées à mon contenu et pour de si petites sommes.


Mes articles restent cependant toujours 'libres à l'édition', aussi (et c'est mon rêve le plus ultime autant qu'un objectif pour l'année à venir), j'espère que ceux-ci trouverons, courant 2012-2013, un oeil ou une oreille dignes de ce nom pour leur permettre d'être édités en presse 'papier'...

 

Nous ne sommes maintenant plus qu'à quelques jours de ce que l'on appelle les 'Grandes Vacances', je vais partir quelques semaines dans le Sud de la France à la pêche aux végétaux, aux photos, aux sujets nouveaux afin de vous proposer, cette année encore, des articles sur quelques-unes des plantes qui nous fascinent vraiment. 

Je vais fouler jardins & pépinières à la recherche du moindre végétal sur lequel je n'ai pas encore écrit, aussi, et dans l'attente de la rentrée (le plus tard possible!), je vous donne rendez-vous tout début septembre pour une nouvelle cession de publication d'articles sur les 'exotiques'.

En espérant que vous avez un solide projet de vacances dans un endroit où il fait beau & chaud (surtout si vous êtes parisien!), je vous souhaite à tous de très très bonnes vacances et surtout: faites le plein de soleil, de découvertes et de photos!!

 

Ci-dessous et pour illustrer ces quelques lignes, je vous propose la photo d'une délicieuse boite aux lettres 'fait maison', immortalisée dans le vieux Hyères, l'été dernier... J'attend vos commentaires!!

 

La Pépinière - Boite à idées - Silvère Doumayrou


Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 00:01

Vous êtes probablement un peu surpris et vous vous dites: qu’est-ce qu’il vient nous parler d’Erigéron sur 'La Pépinière', LE blog consacré aux 'exotiques'?! J’avoue, il y a plus exotique qu'Erigéron karvinskianus, mais je le croise si souvent dans les jardins que j’arpente, qu’ils soient 'Exotiques', 'Français' ou 'Anglais' et toujours avec le même plaisir, aussi j’ai décidé non seulement d’aborder son cas mais de le mettre à l’affiche !

 

Certes je ne saurais pas en parler pendant des heures ou des pages durant comme pour certains végétaux parfois, mais j’adore l’Erigéron et je trouve qu’il a toute sa place dans ce site, en tous les cas disons que je lui ai fait une dérogation, un mot d’excuse pour trôner modestement sur mon Blog...

D’ailleurs, c’est une véritable ‘exotique’ au fond que notre Erigéron, puisqu’il est originaire d’Amérique Latine (entre le Mexique & le Panama précisent d'ailleurs certaines sources bien mieux informées que moi)

Erigéron karvinskianus est une vivace persistante au feuillage fin, à l’aspect presque d’une graminée, souple & délicate. Son développement est plutôt rampant, tapissant même. La plante arrive toutefois à se redresser pour laisser éclore ses petites fleurs simples & naturelles type Pâquerettes ou Asters, blanches d’abord puis roses et presque rouges en fin de floraison et ce, de la fin du printemps aux premières gelées…

 

L’Erigéron est LA vivace facile par excellence: elle pousse dans pratiquement n’importe quel sol, plutôt pauvre d'ailleurs, du moment qu’il sera correctement drainé. Elle sera plus courte & tapissante en plein soleil alors qu’elle prendra un peu plus de hauteur à mi-ombre. Dans ce cas-là, son port est moins soutenu, elle peut même parfois donner l’impression de s’étioler.

Avec le temps, la plante trace, s’éloigne du lieu historique de sa plantation, colonise gentiment son environnement, à son rythme, en se ressemant d’une année sur l’autre et cherchant la moindre anfractuosité pour s’installer.

 

Côté froid elle est plutôt bien armée, en tous les cas des gels de l’ordre de -10 à -15°c ne devraient pas entamer sa bonne humeur, si bien qu’elle s’est pratiquement naturalisée sur les côtes Méditerranéenne & Atlantique ou en région Parisienne... 

Même si elle aime le soleil, si vous arrivez à lui réserver un sol un peu frais l'été, vous aurez tout gagné! Côté entretien, il n’y a pas grand chose à faire, si ce n’est de la rabattre assez fort en sortie d’hiver pour la voir se développer au mieux dès que les températures s'adouciront. Vous pouvez aussi diviser la motte assez facilement en toute fin d’été ou au début de l’automne, afin qu’elle ait le temps de s’installer avant les premiers froids…

 

Pour une fois, voici un végétal qui sera facile à trouver, puisqu’on peut aisément l’acheter dans n’importe quelle jardinerie de France ou de Navarre. Ne prenez pas qu’un seul pied (surtout en petits godets), achetez-en plusieurs afin de donner à votre installation un aspect naturel, la croissance de la plante et la Nature feront le reste...

J’étais à peu près certain, avant même d’écrire ses quelques lignes, que je risquais de ne pas vous apprendre grand chose sur le sujet néanmoins, je suis content d’avoir pris un peu de temps pour parler d’Erigéron karvinskianus, cette vivace simple, discrète et si généreuse.

Avant de refermer le chapitre sur le sujet, je vous conseille de vous intéresser également à quelques autres Erigérons (la famille en compte près de 200!), comme E. glaucus (plus compact & aux feuilles bleutées) ou E. spéciosus (de nombreux cultivars) que j'apprécie particulièrement. 

 

Photo ci-dessous : détail d’Erigéron karvinskianus dans un petit coin bien caché du Clos St. Bernard à Hyères-les-Palmiers, dans le Var…

 

Erigeron karvinskianus Silvere Doumayrou


 

Published by Silvère Doumayrou - dans Vivaces
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie