Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 00:01

Compte tenu que notre climat Parisien est bien plus généreux en pluies qu'en soleil, en températures fraîches qu'en grosses canicules et en hivers plus froids que doux, il est certain que la Capitale ne compte que très peu de jardins 'exotiques'. Il est néanmoins possible de voir, de-ci de-là et en ville, quelques 'exotiques' bien sympathiques dans un cadre idyllique...

 

C'est le cas de ce coin bien caché & très bien gardé des 'beaux quartiers': les Jardins du Petit Palais (dans le 8ème Parisien) L'endroit n'est accessible que pour les visiteurs du musée: il ne se parcourt malheureusement pas librement... (j'ai déjà essayé plusieurs fois!)

Le 22 septembre dernier, à l'occasion de la Fête des Jardins, l'entrée était libre pour les collections permanentes autant que pour le jardin: j'allais enfin pouvoir jeter un oeil curieux sur ce petit espace aussi privilégié que réussi et, si j'en parle aujourd'hui sur La Pépinière, c'est parce que l'envie de donner une 'touche d'exotisme' au lieu à surement été l'un des fils conducteurs du projet...


En effet, dès l'entrée, on est accueilli par un jardin semi-circulaire ou plutôt par trois jardins en éventail et deux zones de containers parfaitement alignés type 'orangerie', plantés de Trachycarpus fortunei, de Chamaerops humilisYucca gloriosaFatsia japonicaMusa basjoo, de Juncus, d'Acanthes et d'Hostas, d'Euphorbes et de Miscanthus giganteum & zebrinus, plantés en quantité... 

Les plantes sont organisées autours de trois bassins en mosaïque représentant des motifs végétaux de style Art Nouveau. C'est juste très beau! (voir photo ci-dessous)


 

Mosaïque bassins du Petit Palais - Silvère Doumayrou


Si l'on y regarde d'un peu plus près, les végétaux ont été disposés, à la plantation (en 2005), de façon très symétrique. Cependant, et compte tenu de leur croissance depuis leur installation, cela ne saute absolument pas aux yeux: l'ensemble donne au contraire une sensation de 'fouillis organisé', où l'exubérance des plantes prime sur la rigueur de l'implantation...

 

Les Jardins du Petit Palais illustrent parfaitement ce rapport 'Nature/Culture' dont je parle souvent, tant le jardin parait sauvage et l'architecture pensée & organisée. Le bâtiment semble protéger le jardin d'une façon quasi paternaliste alors que ce dernier, sous ses airs généreux mais désordonné, fait parfaitement ressortir la rigueur & la justesse de ce premier. Aussi l'équation est, pour moi, très réussie. Non seulement le Petit & le Grand Palais sont des bâtiments absolument somptueux (témoignages de l'exposition universelle de 1900), mais le travail du paysagiste est venu mettre un point d'orgue à tout ce talent... (voir photo ci-dessous)


 

Jardin 'exotique' Petit Palais - Silvère Doumayrou

 

Voici un lieu qui vous fera complètement oublier que vous êtes au coeur de la ville et dans ce qu'elle comporte de particulièrement accompli en matière d'architecture. Si je n'avais qu'un seul reproche à faire (en fait il y en a deux): jamais je n'aurais mis de Bergenia (ça c'est très perso: je déteste les Bergenia!), j'aurais mis à la place des Alchemilla mollis par exemple, d'autre part je pense qu'il faut que ce jardin soit davantage entretenu: par endroits on sent que les jardiniers ne passent pas assez souvent (à mon humble avis) et les jardins risquent de décliner tout doucement...


Bref, une toute petite critique qui ne pourra enlever l'impression très réussie de cette réalisation ressentie lors de la visite du jardin, lequel je vous conseille vivement de parcourir si ce n'est pas encore chose faite!

Enfin, et si vous êtes en quête d'exotisme à tout prix au coeur de Paris, ne passez pas à côté du Square Boucicaut (dont j'ai déjà parlé sur ce site), le lieu en vaut vraiment la peine, autant que les serres du Jardin des Plantes ou d'Auteuil... 

 

Ci-dessous: petite vue des Jardins du Petit Palais (photo prise à l'aide d'un simple smartphone, comme les deux précédentes), fin septembre dernier à Paris...


 

Vue des Jardins du Petit Palais - Silvère Doumayrou

 

(Un coup de coeur en appelant un autre j'ai choisi, pour illustrer ces quelques lignes, le dernier single de Féloche - Silbo - un morceau qui, je crois, colle plutôt bien avec les émotions ressenties lors de la visite de ce jardin...)


 

 

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 00:01

Il est un jardin, en tous les cas un 'espace vert', qui ne se visite pas, dans lequel on ne se balade pas et qui est très difficile à prendre en photo. Et pourtant c'est un lieu très réussi, très bien conçu et hyper entretenu, une vitrine de la flore Méditerranéenne & 'exotique' qui est vue chaque année par des centaines de milliers de personnes: la voie Olbia à Hyères-les-Palmiers.

 

En effet, il ne s'agit pas d'un jardin, mais du terre plein coincé entre le deux fois deux voies de l'autoroute A570 qui devient la Voie Olbia en traversant Hyères. En fait, depuis deux ans maintenant, l'axe a été rebaptisé boulevard Léopold-Ritondale (maire de la ville de 1983 à 2008) Je ne m'y suis pas encore fait et j'aimais bien le nom de voie Olbia, certainement un lointain héritage des Romains... 

L'espace est riche de plusieurs dizaines d'espèces de plantes endémiques et autant de végétaux 'exotiques'. Dresser une liste de tous les végétaux qui constituent cet espace serait fastidieux et quelque peu rébarbatif à lire mais, croyez-moi, les espaces verts de la ville (dirigés par Thierry Manié) ont mis le paquet!

 

J'aimerais insister sur le fait que ce n'est pas seulement la variété ou la diversité des végétaux installés qui font seulement le succès de l'endroit, mais aussi & surtout la qualité du 'paysagisme'. En effet, la flore s'organise sur plusieurs niveaux sous les palmiers plantés il y a de très nombreuses années déjà. Du 'vide' à été laissé pour apprécier 'le plein', du gazon en fil conducteur est parsemé de pouzzolane, de galets & autres rochets, entre des massifs plantés avec beaucoup de justesse (voir photo) Une telle réussite pour un lieu 'public', urbain et pris dans le flot d'une circulation dense est plutôt rare! J'espère que cette réalisation fera des petits dans les communes voisines...

Chaque tronçon du parterre constitue un jardin en soi, avec sa structure, son identité propre. C'est pourquoi mieux vaut être passager que conducteur pour apprécier pleinement la réalisation. 

 

Depuis quelques années maintenant, l'espace a été travaillé en profondeur, remanié, enrichi de dizaines d'espèces endémiques nouvelles, notamment dans un soucis d'économie d'eau. Des travaux techniques (dont je vous passe les détails) ont été entrepris pour permettre aux végétaux de se rendre davantage autonomes en matière d'hydratation. Par la forme du parterre légèrement en cuvette, les eaux d'irrigation ou de pluie sont récupérées et optimisées. De plus, des sondes enterrées permettent de déclencher un arrosage seulement quand cela est nécessaire. Enfin, le gazon a été remplacé par une graminée Japonaise appelée Zoyzia tenuifolia, laquelle est 7 fois moins gourmande en eau que la précédente (voir article sur le sujet à l'adresse suivante: http://lapepiniere2.over-blog.com/article-une-pelouse-dans-le-sud-82345415.html)

 

Je pourrais en parler des heures, m'arrêter sur tout plein de détails esthétiques, sur certains végétaux remarquables ou très bien installés, sur la diversité des feuillages ou des floraisons mais le plus simple, je crois, est que vous y passiez vous aussi un jour. Croyez-moi: vous ne serez pas déçus!

Bravo aux espaces verts de la ville de Hyères qui ont conçus & enrichi ce lieu et merci de nous offrir un tel spectacle!!

 

Ci-dessous: détail de l'un des 'jardins' que constitue le terre plein de l'ancienne voie Olbia, pris en conduisant l'été dernier à Hyères-les-Palmiers, dans le Var...

 

Voie Olbia Hyeres-les-Palmiers Silvere Doumayrou

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 00:01

Pour ceux qui n’en n’ont vraiment jamais entendu parler il y a, au bord de la mer, entre Le Lavandou et Cavalaire et dans un site naturel protégé, un jardin qui s’est donné pour mission de rassembler les végétations ‘des Méditerranées’. Comprenez les végétaux qui se développent, à la surface du globe, dans des conditions identiques ou proches de celles du Bassin Méditerranéen. Plus qu'un jardin, c’est non seulement un concept mais aussi et surtout un lieu que l’on appelle le Domaine du Rayol

Je ne vais ni vous refaire l’historique du jardin, ni entrer dans les détails techniques qui ont permis sa réalisation ou son entretien, je vais préférer m’intéresser, si vous le voulez bien, aux plantes qui y ont été installées ou à son aspect paysager.
Paysager, oui, car le concepteur du projet et donc du jardin, n’est autre que Gilles Clément, paysagiste parisien reconnu qui s’exporte depuis longtemps maintenant à l’étranger, entre autres avec son idée de ‘jardin planétaire’, où la part belle est faite aux végétaux endémiques qu’on laisse pousser comme à l’état spontané.

Par son relief et sa disposition, le lieu offre de nombreuses possibilités d’acclimatation. Il y a par exemple des zones brûlées par le soleil, d’autres moins exposées ou plus ombragées et même un vallon humide & très protégé. Chaque situation accueille son type de végétation. Ainsi, en dehors du Jardin Marin qui sort du cadre du domaine tout en étant parfaitement complémentaire, Gilles Clément à su réunir pas moins de 9 jardins qui regroupent des végétations uniques et originales. Ces neuf espaces sont les suivants : Jardin des Canaries, de Californie, d’Australie, d’Amérique aride, Méditerranéen, du Chili d’altitude, de Nouvelle-Zélande, d’Asie subtropicale,  d’Amérique subtropicale, du Chili Méditerranéen et d’Afrique du Sud

Vous imaginez ainsi combien il sera aisé de contempler nombre de plantes que j’appelle ‘exotiques’, en provenance du monde entier et acclimatables, pour la plupart, dans quelques-uns de nos jardins. Loin de moi l’idée de vous établir une liste complète des végétaux que vous pourrez y trouver mais, parmi eux et en dehors du plus vieux Chêne liège (Querçus suber) qu'il vous sera probablement donné de contempler, vous verrez quelques beautés : Palmiers, Agaves, Yuccas, Dasylirions, Strelitzia, évidemment, mais aussi des Puya, des Dicksonias ou des Cyathea (fougères arborescentes), des Acacia, des Mélaleuca, des Restionacées, des Cycas et des Protea, ici ou là des Aenium, des Bambous, des Eucalyptus, des Arocaria et j’en passe… Bref, de quoi parfaitement se sustenter quand on est relativement ‘addict’ aux ‘exotiques’!

Maintenant, on peut s’interroger sur le côté ‘paysager’ de la chose. C’est certainement parce que c’est un domaine et pas un jardin que l’ensemble ne paraît pas toujours cohérent, qu’on a souvent la sensation qu’on a planté de-ci de-là des végétaux ‘exotiques’ au milieu de la flore endémique… Muni d’un appareil photo, on pourra cependant capturer quelques images qui vous feraient penser que vous êtes partout sauf dans le Sud de la France. Aussi l’opération semble réussie, même si le lieu est certainement bien plus intéressant à découvrir en milieu de printemps qu'au cœur de l’été.

Pour mieux l’appréhender, je retourne dans le jardin tous les deux ou trois ans, je constate les changements, la croissance des végétaux, les modifications apportées...
Parmi les nouveautés, j’ai eu le plaisir cette année de voir que le Domaine a ouvert une pépinière. Manque de pot, elle était fermée le jour de ma visite, mais c’est l'un des projets que j’avais imaginé lors de mon précédent passage, alors tant mieux.
Je suis bien conscient que l’entretien d’un tel jardin requiert beaucoup d’attention, d’énergie et de main d’œuvre, mais je reste néanmoins surpris par le prix que l’on paye à son entrée: 9€. Si l’on en croit la brochure, ce sont près de 60 000 visiteurs qui foulent le jardin chaque année (soit 540 000€ qui sont engrangés uniquement par les entrées) C’est bien pour le jardin mais, question d’éthique, j’aimerais que le chiffre se fasse davantage sur la pépinière ou la librairie que sur un ‘droit d’entrée’. Cette somme peut représenter un frein à de nombreuses familles et c’est dommage car ce sont maintenant les enfants que nous devons sensibiliser aux notions de Nature, de biodiversité ou de protection de l’environnement…

Quoi qu'il en soit, la visite du Domaine du Rayol reste un incontournable à 50 km à la ronde. Cela n’engage que moi mais je suis certain, quand vous plongerez dans le vallon humide et que vous prendrez quelques jolies photos, que n’importe lequel de vos amis jurera qu'elles ont été prises en Asie ou en Nouvelle Zélande!...

Photo ci-dessous et contre toute attente, je ne vous propose pas une jolie vue du jardin que je connais bien (le choix étant trop dur et définitivement trop restrictif!), j'ai pris le parti de vous offrir un instantané qui m'a beaucoup touché: les superbes inflorescences de Dasylirion glaucophylum aux allures coralliennes...

 

Dasylirion glaucophyllum - inflorescence - Silvere Doumayro

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 00:01

Ne vous méprenez pas: il ne s’agit pas là d’un ordre donné à une certaine catégorie de végétaux connus pour être particulièrement piquants, non, c’est seulement le nom d’une bien jolie pépinière. Contre toute attente, dans cette ‘Ferme’là, il n’y a pas d’animaux mais bien des végétaux et pas seulement des ‘Cactus’. Je n’ai pas pour habitude de plébisciter des enseignes ou autres sites marchands mais là, c’est un peu différent: il s’agit davantage d’un lieu, d’un climat, d’une rencontre…

Si vous prenez la route entre Hyères-les-Palmiers et Toulon, par la côte, qui plus est en plein été, vous risquez, certes, de rencontrer quelques palmiers, mais aussi et surtout des bouchons. Aussi vous ne roulerez pas si vite qu'à l’accoutumée et passerez au pied d’une colline qui s’appelle ‘Le Paradis’. Cela ne s’invente pas et c’est là qu'est située la pépinière, solidement amarrée entre la montagne et la mer...


Ils sont deux, passionnés de végétaux ‘exotiques’, de succulentes & cactées, bien entendu, mais également de palmiers et de tant d’autres plantes qui font rêver: Agaves, Dasylirions, Cycas, Yuccas et quantité de pépites et autres raretés.
Alexis & Jérôme vous accueillent avec le sourire, avec plaisir même et ne sont pas avares de renseignements, des plus divers aux plus pointus. Ils connaissent parfaitement leur sujet, mettent en culture leurs plantes depuis des années, par semis ou par boutures (80% de leurs végétaux sont issus de leur pépinière), aussi et c’est cela qui me plaît dans leur démarche: ce sont de vrais producteurs (ouverts 7/7j) et pas de simples ‘revendeurs’…

Vous l’aurez remarqué, quand on est passionné, on est prêt à casser la tirelire pour se payer la plante qui nous manquait, le végétal que l’on cherchait depuis si longtemps ou qui nous a fait tant fantasmer. Pour le coup et pour avoir écumé de nombreuses pépinières & autres jardineries dans le coin, je peux vous assurer que vous trouverez, chez eux, quelques-uns des meilleurs prix que vous pourrez rencontrer. Je pense à leurs Tétrapanax bien développés, à quelques Hedychium, à leurs Adénium bien litrés & déterminés, à leurs Cactus, bien entendu, mais aussi à leurs nombreuses succulentes, toutes tailles confondues. Croyez-moi, à part d’être pris d’un début d’arrêt cardiaque, il est difficile de les quitter sans acheter une seule potée!

L’honorable métier de pépiniériste demande une attention de tous les instants, mais également de l’humilité, de la témérité et beaucoup de disponibilité. Au passage, ce n’est pas pour rien que le site s’appelle ‘La pépinière’, c’est parce tout démarre de là: de ce travail acharné & sans relâche à semer, multiplier, arroser, avant d’obtenir de jolis sujets à présenter. Il faut ensuite être capable de disposer les végétaux, de conseiller le client, encore et encore, quitte à se répéter, avant de les vendre et de se coucher, fatigué mais content.

A la relecture de ces quelques lignes, me vient l’idée qu'il serait bon parfois, de lire ou de relire ‘L’homme qui plantait des arbres’, de Jean Giono...

Alors et pour conclure simplement, s’il y a bien une pépinière à visiter à 50km à la ronde, c’est certainement ‘La Ferme aux Cactus’. Pour compléter ces quelques lignes, je vous invite, dans l’attente d’une prochaine visite, à parcourir leur site en copiant-collant le lien ci-contre: http://lafermeauxcactus.com/
Pour être vraiment complet sur le sujet il ne faut pas non plus oublier les autres pépiniéristes qui entrent dans mon Top Five des rencontres les plus sympa et/ou de l’offre la plus complète, je pense évidemment à Violette Décugis, Julien Mallard, au Jardin d'Eden ou aux pépinières Jean Rey, dont je parlerai bientôt sur le site.

Ci-dessous, une bien modeste photo que n’importe quel badaud pourrait ‘voler’: quelques rangées d’Euphorbes bien disposées…

 

Euphorbes La Ferme aux Cactus Silvere Doumayrou

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 00:01

Par un gris matin de l'été dernier, j'ai pris un pote et ma voiture pour faire le chemin jusqu'à Menton. Objectif premier: découvrir (enfin!) le Jardin Exotique d'Eze. Une fois n'étant pas coutume, les nuages se déchiraient sur le Mont Faron, plus loin sur le Coudon, avant de s'écraser enfin sur notre chemin. Moins d'une heure après, en passant un pont, j'ai vraiment eu l'impression de franchir le Mékong! Le ton était donné: nous n'étions plus en France...

 

C'est tant mieux pour l'amateur d'exotisme' que je suis, mais je n'étais pas encore au bout de mes surprises. Après avoir traversé un petit bout du Massif des Maures, paysage absolument magnifique et contrastant tellement avec la sur-urbanisation de la Côte d'Azur, nous sommes arrivés à Eze, petit village médiéval perché sur un rocher, architecture préservée, ruelles escarpées... Même s'il a ouvert ses portes au tourisme, le village n'a pas renoncé à l'authenticité: Eze a beaucoup de cachet.

 

Il faut cependant accepter de marcher un peu pour rejoindre son Jardin Exotique: installé sur le point culminant du village, celui-ci domine littéralement la région. Jardin escarpé qui surplombe la mer & les environs, le lieu est autant brûlé par le soleil que caressé par les nuages... Je suis gagné par une belle émotion, celle de voir, en quelques minutes seulement, s'élever de la mer des brumes légères mais non moins humides s'éventrer sur le rocher dans lequel a poussé le jardin, avant de laisser place à un soleil très déterminé...

 

Celui-ci est rempli de succulentes: Cactus, Agaves, Yuccas, Dasylirions, Palmiers & autres Aloés. La plupart des régions arides du globe sont représentées. L'ensemble parait plutôt 'paysager' et le lieu donne une impression de sérénité. On ne sait plus où regarder, s'il faut prendre des photos ou se poser... On marque alors des temps d'arrêt, partagés entre le plaisir que nous offre la vue et celui de contempler les végétaux. Il faudrait passer davantage de temps dans ce jardin, l'observer, le comprendre, laisser vagabonder le regard, l'analyser avant d'enfin en profiter. Je fais beaucoup de photos et me dis combien il va être difficile d'en choisir ne serait-ce qu'une seule pour illustrer cet article...

 

Nous sommes en août et pense que je devrais y retourner plus tôt dans la saison, à l'époque des floraisons. Cela n'empêche que le jardin est fourni: on y trouve ici ou là des Cactus en fleurs, des Aenium qui se protègent du soleil, des Dracaena qui s'épanouissent, des Euphorbes qui semblent se balader et des Agaves qui lancent leur infrutescences le plus haut possible. Submergé par sa vision, le visiteur ne sait plus où regarder, marque des temps d'arrêt et ne peut se résoudre qu'à contempler...

 

Au delà du portrait presque idyllique que je fais de cette expérience, je trouve que l'entrée est un peu chère et j'aimerais proposer aux responsables du jardin de 'monnayer' son entretien non pas avec une entrée payante, mais par la vente de plantules issues de ce même jardin: semis, rejets & autres boutures. Pour ma part, j'aurais plus généreusement donné 20 ou 25€ pour acheter des végétaux que 5€ pour quelques minutes de plaisir...

 

Si vous baladez bientôt sur la Côte d'Azur je ne peux cependant, parmi bien d'autres lieux remarquables, que vous inviter à découvrir le Jardin Exotique d'Eze,  lequel vaut vraiment le détour, et ce, quelque que soit votre budget.

 

Photo ci-dessous: après longue réflexion et contre toute attente je n'ai pas choisis une jolie vue d'ensemble, mais cette image quasi 'coralienne' de la floraison d'un Echinopsis, prise au coeur de l'été dans ce bien agréable Jardin Exotique d'Eze...

 

Cactus en Fleur Jardin Exotique d'Eze Silvere Doumayrou

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 00:01
Je vais vous dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, je le jure: je n'ai pas franchi le seuil de ce jardin pour les oiseaux mais bien pour les végétaux!! Dans 'Jardin des oiseaux tropicaux', il y a 'jardin'. C'est pour celui-ci que j'ai parcouru de nombreux kilomètres en voiture non climatisée sous une chaleur accablante!

Oui mais, dès l'entrée, cette sensation est bien vite oubliée: vous vous sentirez complètement rafraîchis par les Tétrapanax papyrifera entourés de bambous & bien gardés par d'étonnantes sculptures traditionnelles Polynésiennes taillées dans des stipes de fougères arborescentes. Peut-être à cause d'une fuite ou d'un arrosage automatique trop généreux, cette partie du jardin est particulièrement fraîche & humide.
Pas le temps d'avaler un maigre sandwich ou d'étancher sa soif que déjà vous serez happé vers les autres 'coins' du jardin...

Naturellement, vos pas vous guideront vers de très beaux Yucca filifera avant de vous conduire vers une étonnante 'foret' de Yucca rostrata & autres Agaves. Si cela ne tenait qu'à moi, il est évident que je les aurais planté autrement, de façon plus 'paysagée' certainement mais il faut reconnaître qu'il est rare de pouvoir apprécier une telle concentration de ce végétal au mètre carré! A leur pieds vous découvrirez de jolis spécimens peu courants d'Agave (comme A. geminifolia) de Puya ou Hesperaloe campanulata, sans oublier ce superbe Yucca linearifolia & autre Manfreda maculosa.
Chemin faisant, vous finirez bien par occulter le fait que le lieu est en priorité réservé aux oiseaux 'tropicaux' (pardonnez-moi Monsieur Dupuyo!) si le cri d'un Calaos ou autre Perroquet ne vous rappellait pas à l'ordre...

A voir également pour tout palmophile qui se respecte un jeune & joli bouquet de Trachycarpus wagnerianus, ici ou là un bel Agave bracteosa, des Aloés comme rarement on en voit, des Cycas 'en veux-tu en voilà', sans parler des Eucalyptus en quantité ou des immenses bambous régulièrement parsemés. L'amateur d''exotisme' d'une façon générale ne sera pas en reste quand il découvrira, au détour d'un chemin & sur le tronc d'un Chêne liège (Quercus suber) un Ficus repens, plus loin un rare pied de Cossina paniculata & sur le plan d'eau un bien joli spécimen fraîchement installé de Victoria amazonica.

Bref, si vous êtes
'végétal addict' comme moi, vous ne serez pas déçu de la visite! Il y a ici ou là matière à vous combler... Au fil ma balade, après avoir rempli la carte mémoire de mon appareil photo, j'ai même fini par m'intéresser aux oiseaux présentés alors, si je n'avais qu'un conseil à vous donner: allez-y, seul ou accompagné (les enfants adorent!), vous ne serez pas déçu d'avoir fait le détour & rien ne vous empêchera après la visite d'aller vous baigner!!

Photo ci-dessous: un 'instantané' prit au Jardin des Oiseaux Tropicaux à La Londes-les-Maures l'été dernier...

Jardin des Oiseaux Tropicaux
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 00:01
"Remarquable" il le sera dans quelques années assurément quand les végétaux fraîchement installés se seront développés...
Normal, le jardin n'a que quelques mois! Le Domaine lui-même date de la fin du 18ème (pour faire court!), aussi reste-t-il au temps (et aux jardiniers) de faire son ouvrage pour que naisse de ce lieu chargé d'histoire un jardin véritablement "remarquable"...

Dès l'arrivée on est comme 'hapés' dans le Domaine par cette grande allée de Platanes qui semble nous aspirer avant de nous mener vers les différents jardins. En plein mois d'août, le soleil est certainement un incontournable fil conducteur, mais l'eau l'est également: le Domaine est parsemé de bassins, fontaines, rigoles & autres brumisateurs.

Tout passionné de jardins 'exotiques' ou 'Méditerranéens' y trouvera son compte: parmi les plantes proposées vous contemplerez des végétaux classiques type Agrumes, Oliviers, Albizia, Bougainvilliers, Catalpa, quelques Palmiers, Cordylines & nombre de vivaces type Gaura, Agagthea, Fétuques & j'en passe.
Le plus intéressant sera probablement de découvrir Tetrapanax papyrifera, Ophiopogon minorStrelizia reginae, Thalia dealbata, Colocasia esculenta, Macleaya cordata ou Geranium maderense.

La partie la plus travaillée du jardin reste cependant le potager: c'est autant un terrain d'expérimentations qu'un lieu d'exposition des végétaux... Vous y verrez nombre de cucurbitacées grimpant sur des pergolas très réussies ou des 'tomates cerises' qui poussent la tête à l'envers!
L'architecture en terrasses invite aussi à la découverte, celles-ci sont parsemées de brumisateurs qui se révèlent bien agréables quand la température dépasse allègrement les 30°c... (les enfants adorent!)

Le jardin est ponctué de bonnes idées créatives qui lient l'histoire au contemporain comme les moulages de feuilles ou d'outils sur des bornes plates, au sol, de-ci & delà...
Bon, plutôt que d'en faire 5 tonnes, le mieux, je crois, est d'y faire un tour pour vous faire votre propre idée. L'entrée du domaine me paraît cependant encore chère (8 Euros), aussi je me dis qu'en payant cette entrée je participe concrètement (je l'espère?!) à l'évolution du Domaine...


En bref, voilà un jardin 'familial' qu'il sera bon de contempler en début de saison ou tôt le matin, au coeur de l'été.
La photo ci-dessous vous propose une vue très partielle (et réductrice) du Domaine Baudouvin prise en plein mois d'août dernier...


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Jardins & Pépinières
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie