Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 00:01

Si je ne devais en garder qu'une, ce serait peut-être celle-là: Agave americana 'Médio-picta Alba'. Je dis 'une', mais en fait je devrais dire 'un'. Un Agave, dit-on. Mais quand on voit le port de ces végétaux il est naturel de penser qu'ils sont de sexe féminin...

 

Leur force est très masculine mais leur grâce est bien plus féminine. En somme, ce sont des 'cocottes' bien membrées qu'il nous est donné de contempler!!

Je me souviens de ma (mon?!) premier(e) Agave américana 'Médio-picta Alba': un micro-rejet m'avait été donné, lequel ne permettait même pas de l'identifier tant ses feuilles étaient minuscules & pas encore 'caractérisées'. Le temps passant inexorablement, mon Agave à fini par pousser & m'a offert ce que tout bon collectionneur peut attendre: certes, un plant en bonne santé mais aussi & surtout un Agave aux feuilles vertes largement striées de blanc, d'une parfaite qualité.

 

Ce qui frappe ou fascine chez cette plante est cette perfection qu'elle semble cultiver: un port compact, solide & déterminé (les maîtres-mots de son activité) Ses feuilles aussi rigides que coriaces se développent lentement avec cette rigueur de toujours être 'à la hauteur'. Nul ne peut rester indifférent devant l'originalité de ses feuilles & personne ne peut contester cette force tranquille qu'elle peut arborer. Personne, sauf le gel. Voilà un trouble-fête qui aurait vite fait de transformer une manifestation végétale unique en une soupe 'exotique' tragique!...

 

Hélas oui, il faut parfois se rendre à l'évidence & accepter que certains végétaux sont réservés à des contrées plus privilégiées. Si l'on pouvait trouver de superbes Agave americana  'Medio-picta Alba' en région parisienne, ça se saurait! Non, on les croise en général bien plus au Sud & non loin de la Mer s'il vous plaît.

Cet Agave ne demande que du soleil & des températures clémentes en hiver pour se développer. Le substrat dans lequel il évoluera devra être correctement drainé & juste ce qu'il faut hydraté (= 2 ou 3 petits arrosages en été, pour le reste: laissez faire la nature...)

 

Il faut reconnaître qu'en matière d'Agaves, notre 'Medio-picta Alba' n'est pas la plus résistante au froid. Elle supportera tout de même des gels de courte durée d'environ -10°c mais dans un sol très drainé & avec une légère protection qui consistera tout bonement à la recouvrir de paille.

Après quoi, bénéficiant de la 'belle saison' (= quand il fait beau & un peu chaud), elle se développera régulièrement mais pas très rapidement. Cet Agave nous invite à la patience, même si pas autant que lechuguilla!! Après un an ou deux elle commencera à se multiplier, gentiment, vous offrant au maximum 1 à 2 rejets par an. C'est à l'occasion d'un rempotage qu'il faudra savoir prélever ses rejets mais pas trop tôt, car vous avez tellement attendu que votre impatience risque d'hypothéquer les chances de reprise de ce jeune rejet prélevé!...

Laissez-le sécher 2 ou 3 jours avant de le repiquer & faites comme moi: offrez-le dès que l'occasion se présentera.

 

Des Agaves ou de 'Medio-picta Alba' je pourrais parler des heures mais le mieux, je crois, est de vous laisser tenter l'expérience de sa culture & de sa multiplication: rien de tel que l'expérimentation! Côté description, vous aurez compris que même la piètre photo ci-dessous fera mieux que n'importe qu'elle explication, non?

 

Ci-dessous: jeune pied d'Agave americana 'Medio-picta Alba' encore en godet...

 

Agave americana 'Medio-picta Alba'

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 00:01
Ouh la la! Pas très sexy comme nom vernaculaire! Ça fait un peu vampire, un peu Freddy, un peu maculé de..., un peu 'gore' quoi! En tous les cas ça fait un très film d'épouvante & un peu peur tout court, non?! Et pourtant, Manfreda maculosa est une délicieuse petite Agave encore rare sur le marché, difficile à trouver, mais très facile à cultiver & si agréable à regarder...

Elle n'a juste rien à voir avec ses cousines et ce n'est d'ailleurs pas étonnant qu'elle n'ait été que très récemment 'rangée' dans la famille des Agaves. Alors, si les Agaves sont en général des végétaux assez imposants, raides & piquants, Manfreda maculosa n'a définitivement rien à voir avec ce portrait, en tous points: elle est de taille moyenne (de l'ampleur d'un Aloé saponaria), équipée de feuilles fines & souples & leur couleur est bien différente de la plupart des représentants de l'espèce (voir photo)

En effet, celle-ci tire davantage sur un vrai & beau vert plus que sur un gris ou un bleuté. Son originalité, comme certaines blondes Vénitiennes, est qu'elle porte de délicieuses tâches de rousseur qui lui vont si bien!
C'est l'un des atouts qui ont fait que Manfreda maculosa à su me séduire. Je reste très touché par la finesse de son développement, par la grâce de ses feuilles, par leur couleur et, plus généralement, par l'allure qu'elle a...

Côté culture: pas de soucis. C'est une plante pour tout le monde. Du moment qu'on l'installe  dans un substrat correctement drainé, juste ce qu'il faut amendé & sous une exposition ensoleillée elle ne pourra, même si lentement, qu'idéalement s'y développer. N'hésitez-pas à l'arroser généreusement une fois que le substrat aura bien séché & à lui apporter une pointe d'engrais depuis le mois de mai & jusqu'aux dernières journées ensoleillées de l'été. C'est tout.
Manfreda maculosa est typiquement le genre de plante que vous aurez intérêt à garder en pot afin de la faire hiverner, à moins que vous habitiez sous des contrées très privilégiées?...
En effet, sa résistance au gel est donnée à -10°c environ et je pense que c'est un maximum. Au-delà de cette température la plante a toutes les chances de trépasser! Quoi qu'il en soit, ses proportions sont tout à fait adaptées à la culture en container, qu'il y ait risque de gel ou pas.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j'adore! Si je ne la comptais pas parmi mes 'exotiques' favorites, je ferais tout pour me la procurer!!
Photo ci-dessous: Manfreda maculosa au Jardin des Oiseaux Tropicaux à La Londes-les Maures, dans le Var.

PS: dernier article avant la fin
définitive des publications sur ce site...

Manfreda maculosa
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 00:01
Cela faisait longtemps que je n'avais abordé le cas des Agaves sur La Pépinière alors, pour remédier à cette lacune, il me fallait un 'guest', une 'star', je l'ai trouvée: on l'appelle Agave nigra...
Cette Agave n'est pas choisie au hasard. Des Agaves il en existe des quantités  insoupçonnables, certaines sont énormes comme salmiana, ferox ou americana, d'autres sont minuscules, certaines résistent au froid & d'autres bien moins, mais celle-ci tient vraiment une place à part, c'est pourquoi elle est à l'affiche aujourd'hui!

La première raison pour laquelle j'en parle c'est parce qu'elle me plaît beaucoup! (je sais que cette raison est complètement subjective, mais j'assume!) Le temps passe, je la cultive maintenant depuis plusieurs années à Paris & je n'arrive pas à me lasser de son esthétique: voici une Agave fière & modeste à la fois, qui prend le temps de se développer, qui rejette tout doucement (à l'inverse d'Agave chrisantha, par exemple) & qui jamais ne me déçoit...

Parlons de suite de la question que tout le monde se pose: est-elle résistante au froid? Oui! Parce que c'est sympa de parler d'une Agave mais si, comme pour A. attenuata on ne peut qu'en rêver, cela ne sert à rien! Eh bien pour ma nigra c'est tout le contraire puisqu'elle résiste plutôt pas mal au gel: elle a par exemple très bien supporté les -10°c, en pot, de l'hiver dernier (2008-2009) Je doute cependant qu'elle puisse aller au-delà, surtout si elle est installée en pleine terre!...
Alors & pour être sûr que vous la conserviez, je ne répéterai jamais assez de planter vos Agaves évidemment plein sud, en situation abritée, mais surtout dans un sol parfaitement drainé (terre de jardin + sable + pouzzolane = bonheur!)

Agave nigra est une Agave de taille modeste (un petit mètre cinquante d'envergure au maximum dans son milieu naturel) et au développement plutôt lent. Ses feuilles courtes, raides & extrêmement coriaces sont d'un vert-bleuté très particulier, presque 'métallique', lesquelles se terminent par un 'dard' pratiquement noir: ce détail donne au végétal une rigueur & une classe incomparables!! C'est ce qui me séduit chez elle: sa féminité mêlée d'une bonne dose de testostérone...

Comme pour la plupart des Agaves (même si le semis est fréquemment pratiqué) pour la multiplier, le plus simple reste de prélever ses rejets au fur & à mesure qu'ils apparaissent. Cette opération est d'une déconcertante facilité et, même sans racine (après avoir prit soin de laisser sécher 3 ou 4 jours le rejet) celui-ci reprendra très aisément du moment que le substrat est relativement léger & pas trop arrosé (terreau, sable & un arrosage seulement quand le substrat est sec)
Vous allez me dire "d'accord, mais on la trouve où cette Agave?!" Eh bien je vous répondrai que le plus simple est certainement de s'en procurer un pied sur le Net. Je ne vais pas faire ici de pub mais je peux vous assurer que nous avons quelques pépiniéristes Français qui la cultivent & vous l'expédient rapidement pour pas très cher... Sachez que l'on commence également à la voir dans les grandes enseignes consacrées au jardin.

Bref, il y a quelques Agaves que tout bon amateur de végétaux 'exotiques' se doit d'avoir, Agave nigra en fait partie! Mais je pense également à A. americana medio-picta alba, A. montana, A. salmiana & quelques autres dont je parlerai très prochainement sur le site.

Photo ci-dessous: Agave nigra au Jardin des Oiseaux Tropicaux à La Londe dans le Var...


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 00:01

On parle régulièrement des Agaves sur  "La Pépinière", mais celle-ci se détache vraiment de ses congénères, tant par sa forme, son aspect que par sa croissance...
En effet, Agave bracteosa est une petite Agave que l'on pourrait presque considérer comme  "couvre-sol", tant son développement se fait plus horizontalement que verticalement.

Elle fait (presque) tout comme les autres Agaves, si ce n'est qu'elle est bien plus petite & discrète et qu'elle ne porte aucune épine. Quand on la voit pousser, on dirait un Beaucarnea étiolé... (c'est méchant, la pauvre!) Non, c'est vraiment une Agave sympa à cultiver, ses proportions sont tout à fait raisonnables: une trentaine de centimètres de hauteur pour une quarantaine de largeur au maximum, elle porte des feuilles souples & douces au toucher, d'un camaïeu de vert qui va de l'anis au bleuté selon l'exposition que vous lui offrez...
Question exposition justement elle préférera, dans ses premières années, se développer à la mi-ombre, avant de gagner le plein soleil à maturité. J'en ai déjà souvent parlé, mais ce type de végétal se satisfera d'un sol (même pauvre) bien drainé! C'est important de le rappeler car, quand il s'agit d'acclimatation, les températures minimum qui vous sont proposées ne sont valables que dans des conditions optimales. Pour le sol donc, drainez votre substrat à l'aide de sable et/ou de pouzzolane et réservez à votre Agave une exposition bien ensoleillée surtout par chez nous, régions où il fait beau quand le ciel est n'est pas gris!!

Agave bracteosa et c'est pratiquement son seul défaut, est de croissance plutôt lente: elle ne produit que quelques timides feuilles chaque année, du coup on est content de la voir évoluer! Sa résistance au froid est moyenne puisque, selon les sources, elle semble ne pouvoir supporter que des gels d'environ -5° à -8°c. Mais , si le sol est bien préparé, c'est donc suffisant pour pouvoir l'acclimater (notez et juste pour information, que mon Agave bracteosa passe son deuxième hiver en pot près de Paris sans protection)
Avec le temps, elle rejette généreusement pour former enfin de petites colonies: c'est à ce moment précis qu'il faut y plonger ses mains pour en soustraire quelques rejets...

Je ne sais pas si, avec ces quelques mots j'aurai su vous convaincre mais, croyez-moi, de tentez son acclimatation ne vous décevra pas! Et même si, par manque de témérité, j'aurai encore un peu peur de l'essayer en pleine terre loin de Paris, je vous invite à la tenter en pot, protégée l'hiver des vents du Nord ou de l'Est...

Ci-dessous, une jeune Agave bracteosa du Jardin Olbius Riquier à Hyères-les-palmiers dans le Var...                 



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 00:01
Testée: oui! Elle a passé avec succès le "crash test" de l'hiver Seine & Marnais: un bon mois de gelées cumulées avec des pointes à -8°c! Jusqu'ici, gelées blanches & autres maltraitances ne semblent pas l'affecter outre mesure. Pas une tache sur les feuilles, pas un sujet, même très jeune, de perdu... Comme Agave stricta, il semblerait, au-delà de sa résistance intrinsèque au froid, que l'étroitesse de ses feuilles la préserve des brûlures causées par le gel.  A contrario, Agave americana ou salmiana "ferox" ont des feuilles larges & pulpeuses qui sont bien plus facilement abîmées par les assauts du froid, surtout si celui-ci s'éternise...

Approuvée: aussi!! Certes, sa résistance est plus que satisfaisante, mais c'est aussi et surtout une drôle d'Agave que cette "filifera"! Comme pour le Washingtonia (palmier qui porte le même "prénom"), le terme "filifera" vient de la présence de "fils" entre ses feuilles. Le Yucca filifera lui, est d'une étonnante ressemblance avec notre Agave. On dirait tout bonnement une Agave sur tige: même forme, mêmes feuilles (en plus grandes), même diamètre... Tout pareil!

Agave filifera donc, avec le temps,
développe de véritables colonies très couvrantes & du plus bel effet. Comme la plupart des Agaves, elle produit des feuilles assez raides (même très raides!) et leurs extrémités sont de redoutables aiguilles qui vous piquent quand on les titille... Attention donc à cet aspect qui peut s'avérer dangereux pour les enfants notamment, mais pas seulement!

Côté plantation maintenant: plein soleil évidemment, pas trop d'eau (un peu plus quand même en été!) et surtout: un sol super-drainant. Alors pour ceux qui ont un jardin rocailleux ou sableux, le travail est pratiquement fait mais, pour les autres qui, comme moi, ont une terre argileuse, lourde, idéale pour la culture de la betterave, ajoutez à votre substrat 20 à 30% de pouzzolane (= roche volcanique concassée), du sable, un peu de tourbe & de terreau plantation. L'idée étant d'alléger le substrat au maximum afin que votre Agave passe au mieux cette saison critique qu'est l'hiver.

Pour l'apprivoiser, je vous conseille d'en acheter une petite et à pas cher au rayon "cactées" des jardineries, lesquelles sont vendues dans de minuscules pots en terre cuite comme compagnon décoratif d'intérieur. Laissez-la grandir (et se multiplier), elle finira par coloniser le coin de jardin que vous lui aurez réservé...
Ci-dessous, Agave filifera au Jardin Exotique d'Eze (Alpes Maritimes)

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 00:01
Le seul fait de prononcer son nom nous permet déjà d'imaginer à quoi peut ressembler cette Agave... Une Agave "féroce", bien sûr! Il n'y a qu'à voir la photo ci-contre pour en être convaincu.

C'est ce que j'aime chez cette Agave : son port est fier, puissant, davantage encore qu'Agave americana ou franzosini. Ses feuilles, d'un vert profond & métallique, sont plus courtes mais aussi plus larges et bordées de redoutables épines. Elles se terminent par un dard aussi dur que dangereux, aussi prendra-t-on soin parfois de le couper afin d'éviter les accidents.

Outre ses valeurs esthétiques Agave salmiana "ferox" est particulièrement rustique: elle résiste  à des gels de -8 à -10°c environ et semble également bien supporter l'humidité (de l'air comme du sol), même si idéalement elle préférera le chaud & le sec. Ma "ferox" âgée d'environ 4-5 ans, encore en pot, a passé 12 jours dans un substrat complètement gelé, préalablement saturé en eau à cause d'averses hivernales (trop) généreuses, avec des pointes nocturnes à -8°c sans aucun dégâts! Je vous conseille tout de même de protéger ses feuilles avec un voile d'hivernage, lesquelles sont bien plus sensibles aux gelées que le pied lui-même...

Comme toutes les Agaves, celle-ci rejette plutôt bien et il sera facile de la multiplier de la sorte. D'une façon générale, j'ai pu constater qu'en prélevant ces jeunes rejets, on stimulait la production de nouveaux pieds. La Nature est bien faite et se débrouille toujours pour assurer sa descendance! On peut également semer les graines de son inflorescence, puisqu'elle est monocarpique (= meurt après son unique floraison) comme la plupart des Agaves... Cette inflorescence est particulièrement impressionnante puisqu'elle peut atteindre une hauteur de 4 à 5 mètres et plus, alors que la plante ne dépasse guère 2m de haut comme de large!

Voilà une Agave qui est encore si peu connue (il n'y a qu'à faire une recherche sur Internet pour s'en rendre compte!) qui mériterait de l'être davantage & plantée ailleurs que sur le pourtour Méditerranéen! La photo ci-dessous à été prise au Jardin Exotique d'Eze au début de l'hiver...   

undefined
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 00:01
Attention talent! Là, je ne vous parle plus d'Agave americana ou d'une autre Agave disons "commune", mais d'Agave stricta, une Agave unique, qu'il faut savoir "mériter"!...

Règle n°1: garder ses distances. Evitez de vous approcher trop près de cette plante, car ses feuilles droites, robustes & pointues, dressées comme des épées, peuvent s'avérer fort blessantes! Règle n°2: être patient. N'attendez pas que cette superbe Agave vous offre de nombreux rejets comme  certaines de ses  sœurs, elle ne rejette qu'à partir du moment où elle fleurit (il est bien plus aisé de la multiplier par semis!) Règle n°3: se la procurer absolument!!...

Une fois ces 3 règles appliquées, les conditions de culture sont les mêmes que pour la plupart des Agaves, à savoir un sol bien drainé, bien exposé et une  bonne protection hivernale si les températures devaient descendre au-delà de -5°c.
Agave stricta résistera à des gels de courte durée de l'ordre de -12°c. Ce n'est peut-être pas autant qu'Agave parryi ou uthaensis (-20°c environ!), mais c'est aussi bien qu'Agave americana ou filifera.

Dans son milieu naturel (voire dans certains jardins botaniques, où elle est plantée depuis de nombreuses années) elle forme, avec le temps, de larges touffes impénétrables. Les pieds paraissent tous avoir plus ou moins le même âge & la même taille.
Quel graphisme & quel design que celui de son port, très érigé, de ses feuilles si droites & rigoureuses (en culture surtout) qu'on en oublierait même que c'est avec ces "accessoires" qu'elle fait sa photosynthèse! L'originalité et la diversité de la Nature me surprendront toujours!...
La petite famille d'Agaves stricta ci-dessous a été prise au Jardin Exotique d'Eze (entre Nice & Monaco, dans les Alpes Maritimes)            

Agave-stricta.jpg

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 20:19
Voici une Agave "made in U.S." qui mérite d'être plantée par chez nous. J'adore! Et je vais vous dire pourquoi...

Elle a un port viril, puissant, ses feuilles larges, parcourues d'épaisses épines d'un vert bleuté & intense paraissent se dresser vers le soleil. Elle semble résister à n'importe quoi, et ce n'est pas faux! C'est une Agave qui supportera aussi bien un manque comme un excès d'eau prolongé durant l'été, une Agave qui résistera au froid, même au gel jusqu'à -12°c! Elle survivra aisément à plusieurs centimètres de neige (rappelons toutefois qu'elle doit être plantée dans un sol bien drainé et exposée plein sud pour supporter ces conditions) Concrètement, quand vous en avez une, c'est pour toujours!

En effet, c'est très certainement l'Agave qui produit le plus de rejets au cours de sa vie. Sachant qu'elle peut vivre 15 à 20 ans ou plus (selon le climat) vous obtiendrez des dizaines de rejets, pour ne pas dire des centaines!... D'abord, plus vous prélevez ses rejets, plus elle en fait: une Agave americana âgée d'à peine 2 ans commence déjà à produire ses premiers rejets!
Mais elle a plus d'un tour dans son sac pour se multiplier. Elle est certes monocarpique (= meurt après floraison) mais tout au long de son existence elle vous offrira des plantules. De plus, arrivée à maturité, elle fleurit pour produire des milliers de graines qui germeront très facilement. Alors surtout ne me dites pas que vous n'avez pas réussi à la multiplier!!...

C'est d'ailleurs un des grands plaisirs, quand on est passionné de végétaux, de réussir à les multiplier et nous voilà très vite atteints de "collectionnite" (une maladie qui ne soigne pas!)
N'oublions pas ses sœurs: Agave americana variegata (panachée: jaune & vert) ou medio picta alba (la plus belle pour moi: le cœur de sa feuille est blanc et les bords sont verts. Son port est cependant plus ramassé & sa croissance plus lente) et toutes les autres Agaves très résistantes au gel, comme A. salmiana, montana, uthaensis, scabra, franzossinni, nigra, chrisantha, filifera et j'en passe!...
La photo ci-dessous vous présente une jeune Agave americana de 5 ans dans un jardin près de Paris.

Agave-americana.JPG


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Agaves
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie