Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 00:01
Le titre est trompeur je vous l'accorde, puisqu'aucun Aloé ne pousse dans l'eau, mais plutôt en plein cagnard & sol drainant, bien évidement! Seulement, "Aloé d'eau" est le nom commun que l'on donne à Stratiotes aloïdes. Et j'ai envie de vous dire que si je ne devais garder qu'une seule plante aquatique (en dehors du Lotus), ce serait probablement celle-ci. Vous allez comprendre pourquoi...

Quand on aime les "exotiques", on ne peut rêver mieux que de cultiver cette aquatique: elle ressemble effectivement très fortement à un Aloé ou plutôt à une belle Agave. Elle se présente de la même façon, arborant de longues feuilles finement dentelées d'un vert lumineux et rejette, pour se multiplier, de nombreux stolons (= disons, les "cordons ombilicaux" des végétaux!) au bout desquels se développeront les jeunes plants assurant ainsi sa descendance: exactement comme une Agave! J'ajouterai que Stratiotes aloïdes rejette plus généreusement encore que la plus généreuse des Agaves...

Mais le plus étonnant reste sa façon de se laisser tomber en fond de bassin, l'automne venu, pour ne réapparaître qu'au printemps.
Je crois qui si elle n'avait pas besoin de faire polliniser ses jolies petites fleurs blanches disposées à la bases de ses feuilles en début d'été, elle se contenterait de rester entre 2 eaux...

C'est une des caractéristiques qui me plaît beaucoup chez elle: Cette impression qu'elle donne de flotter à sa guise, au niveau qui lui convient, ne laissant apparaître de son feuillage que ce qu'elle veut bien!...
Pour les habitués de l'incroyable facilité à reproduire et multiplier les Agaves ou autres Aloés, vous serez comblés!! Une fois que le stolon a correctement développé le jeune plant, celui se racinant, il ne vous restera plus qu'à le prélever pour le réimplanter... On compte en général 3 plants au mètre carré, la plante dépassant rarement plus de 60 cm de hauteur comme de largeur.
La photo ci-dessous vous présente un joli spécimen de Stratiotes aloides entouré d'Azzola caroliniana, à l'Ecole de Botanique de mon jardin préféré...


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aquatiques
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 00:01
Bon, une fois n'étant pas coutume, j'ai envie de vous parler d'une plante qui n'est ni rare, ni Méditerranéenne, encore moins "exotique" et qui ne ressemble en rien de ce que vous pouvez découvrir sur "La Pépinière"... On l'appelle communément "Lentille d'eau" et son nom latin est Lemna minor.

C'est une plante "aquatique" qui se développe et se promène à fleur de mares & autres points d'eau... Rapidement, elle créé un tapis vert immaculé, ne laissant passer à travers sa "couverture", que d'infimes rayons de soleil. Sa multiplication est exponentielle, puisqu'elle double de volume tous les 15 jours environ! Pour elle, rien de plus simple: à chaque fois qu'elle produit 2 feuilles, elle se divise pour donner naissance à un "clone" d'elle-même.

Aussi ne vous est-il pas nécessaire d'en acheter, on la trouve partout dans la nature (et même à Paris!) Vous aurez toutes les chances de vous en procurer dans n'importe quel point d'eau, du moment qu'elle est, disons, "stagnante". Il ne vous reste plus qu'à en prélever quelques poignées pour démarrer une nouvelle "colonie". Votre plan d'eau en sera vite rempli!

Outre l'effet esthétique Lemna minor, par son pouvoir couvrant, évite à l'eau de votre bassin de ne trop monter en température, évitant par là-même la multiplication d'algues "prédatrices" qui consomment l'oxygène nécessaire à toute vie aquatique (tant pour la faune que pour la flore) Sachez, de plus, que c'est un aliment à part entière pour les Koï (Carpes Japonaises) Quand vous partirez en vacances, vos poissons, à défaut de nourriture adéquate, se rabattront sur les Lentilles d'eau... Avis aux amateurs d'aquariophilie: sachez qu'elle peut également (et idéalement) se développer en aquarium, la température, la lumière & la teneur en nutriments de l'eau sont idéales pour sa croissance!

Allez, même si vous n'avez pas de bassin, sachez que la photo ci-dessous vous présente Lemna minor au pied d'un Papyrus, chez moi, en appartement, aussi est-il plus qu'envisageable de la voir se développer au plus près de vous!
Ci-dessous, Lemna minor & Cyperus alternifolius immortalisés à la faveur d'une belle journée d'hiver...

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aquatiques
commenter cet article
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:01
Cyperus papyrus est le nom latin du "Papyrus du Nil". Comme son nom l'indique, le Papyrus du Nil vient bien d'Egypte, où il pousse au bord des cours d'eau, les pieds dans l'eau et... la tête au soleil. Il a un développement important, puisqu'il atteint là-bas au moins 3 et jusqu'à 5 mètres de hauteur ! Il est, pour les Egyptiens, pratiquement une "mauvaise herbe"! Blasphème!! C'est une plante sublime, généreuse (comme souvent dans mes commentaires!) qui a, pour seul défaut, de ne se multiplier (presque) essentiellement que par semis!

On est habitué, avec le Papyrus "commun" (Cyperus alternifolius) de le multiplier en plongeant ses "têtes" dans l'eau, lesquelles prennent racine très rapidement. Ce n'est pas le cas pour Cyperus papyrus. On peut certes essayer de diviser la motte au printemps, mais le plus efficace reste tout de même le semis. Les graines sont aussi fines que de la cendre, mais, même si elles germent assez facilement à bonne température (25°c au moins & un taux d'humidité maximum), les jeunes plantules, très fragiles au début,  se développent rapidement.

Du fait de sa provenance, le Cyperus papyrus requiert de la chaleur & un bel ensoleillement toute l'année, ce qui n'est pas toujours évident à recréer sous notre climat, surtout l'hiver. Néanmoins, si le pied est bien installé, il pourra résister à de très courtes gelées, seulement si celui-ci est immergé (il fait toujours moins froid sous l'eau qu'à la surface) ou protégé. Les parties aériennes seront définitivement abîmées, mais de jeunes pousses repartiront de la souche dès le printemps venu. Idéalement, considérons-la comme une plante de serre froide (= serre ou véranda non chauffée l'hiver) ou mieux, de serre chaude.

Elle se gorge de soleil l'été et accepte de se reposer l'hiver, si elle bénéficie d'une bonne luminosité et d'une température acceptable. En somme, c'est une plante qu'il faut savoir "apprivoiser" et pour laquelle il faut comprendre la façon dont elle se développe avant d'avoir de beaux résultats... Une plante superbe qu'il faut tenter!
Le Papyrus ci-dessous a été pris à l'Ecole de Botanique du Jardin des Plantes à Paris.   

Cyperus-papyrus.jpg

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aquatiques
commenter cet article
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 13:59
La longévité de la graine de Lotus (Nelumbo nucifera) est impressionnante et  probablement la plus longue de tout le règne végétal!
En effet, elle peut rester dormante durant des siècles... Il paraîtrait même que des graines de Lotus retrouvées dans les tombes des Pharaons aient pu germer après plus de 2 500ans!

Cela me rappelle une histoire que m'a racontée une amie Japonaise. Cela se passe (évidemment) au Japon. Dans une petite province au Sud du « Pays du Soleil Levant », on entreprit de construire un bâtiment communal. Un immense trou fut creusé pour y couler les fondations seulement, pour des raisons qui appartiennent à l'administration, les travaux furent stoppés. Après quelques mois, ce qui devait être un chantier était devenu un lac... remplit de Lotus!
Il y avait donc eu, quelques siècles auparavant & à cet endroit précis, un plan d'eau couvert de Lotus, lequel avait fini par s'assécher au fil du temps & de la sédimentation. Les graines sont restées dormantes jusqu'à ce que les travaux de terrassement & les précipitations les eurent "réveillées".
C'est un système de défense pour assurer la survie de l'espèce, car le Lotus à beaucoup de prédateurs, à commencer par l'homme, qui se délecte de son rhizome (coupé en rondelles puis frit) Par exemple, si un animal consomme la totalité des Lotus présent dans un espace donné, après la disparition de celui-ci et, faute de ressources (le Lotus ayant disparu), celui-ci peut à nouveau faire son apparition grâce à la longévité de ses graines...

La graine est très dure & c'est pourquoi, pour espérer la faire germer, faut-il la poncer au papier de verre, à un endroit donné (près de d'une extrémité - la graine étant oblongue) avant de la faire tremper.
La graine double voire, triple de volume en s'hydratant. L'eau doit être maintenue à une température de 25°c & renouvelée quotidiennement. Après seulement quelques jours, celle-ci va germer & la première feuille apparaître.
Huit jours après la germination, la feuille mesurera près de 50cm alors que la deuxième feuille apparaîtra et, avec elle, les premières racines!...
On rempotera alors la plantule dans un "panier de culture" (adapté à sa petite taille) quand les racines paraîtront assez robustes. Maintenez une profondeur d'eau d'environ 40 à 60cm et vous verrez votre Lotus se développer pratiquement à vue d’œil!

Nelumbo nucifera n'est pas gélif (= résiste au gel), mais doit être adulte & bien installé pour résister aux températures négatives. Gardez votre plantule en serre froide la première année, vous obtiendrez une floraison dès l'été suivant.

Le sujet étant très intéressant mais très vaste, je ne peux que le survoler, aussi je vous invite à découvrir l'expérience de Walter Pagels (en Anglais le texte) sur la toile & dans les meilleurs délais! (en lien ci-contre)

J'ai pris cette photo "rafraîchissante" au cœur de l'été à l'Ecole de Botanique du Jardin des Plantes, à Paris.



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aquatiques
commenter cet article
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 20:02
Quoi de plus agréable & reposant qu'un petit bassin sur votre terrasse? Oui, c'est possible! Avec quelques litres d'eau & quelques plantes, voici recréé tout un écosystème aquatique…

Une vieille lessiveuse en zinc chinée en brocante, un demi-tonneau, une belle terre cuite vernissée et pourquoi une baignoire en zinc ou même en faïence feront l'affaire. Procurez-vous des plantes aquatiques qui ne requièrent pas une trop grande profondeur d'eau comme un Nénuphar (Nymphea alba), de la Prêle (Equisetum japonicum ou fluviatile), du Papyrus (Cyperus papyrus ou alternifolius) ou encore Caltha polypethala, Thalia dealbata et pourquoi pas même un Lotus (Nelumbo nucifera)!
Ajoutez-y une ou deux plantes  oxygénantes comme  Myriophyllum aquaticum ou  Hippuris vulgaris. Terminez l'installation avec des Lentilles d'eau (Lemna minor), avec une micro-fougère aquatique (Azolla caroliniana) ou de la Laitue d'eau (Pistia stratiotes) cela évitera au bassin de trop chauffer & empêchera ainsi la prolifération d'algues qui donnent une couleur verdâtre à votre eau & qui deviennent parfois envahissantes. Prévoyez enfin une petite pompe qui brassera l'eau du bassin (évitant ainsi qu'elle ne stagne) et vous procurera un bruit doux & relaxant de cours d'eau...

Même dans un volume d'eau limité, vous pouvez y mettre Koï ou poissons rouges (pas plus de 2), le développement de ces poissons étant proportionnel à la taille de votre bassin...
Avoir un mini bassin demande peu d'entretien, si ce n'est un nettoyage printanier (avec rinçage du container & changement de l'eau) et un à l'automne pour préparer les plantes à leur hivernage (pour cette opération, préférez une eau de pluie plutôt que du robinet)
Tous les 2 à 3 ans, selon les plantes, il faudra penser à les rempoter voire, à les diviser. Ces opérations aident vos plantes à se développer davantage. Vous trouverez dans le commerce des "paniers" de culture & un substrat adapté, à base d'argile & de terreau richement humifère. N'attendez plus, équipez-vous d'un de ces bassins qui changent l'aspect de votre terrasse...

Photo ci-dessous: un mini bassin sur les toits de Paris installé dans une lessiveuse de 50l. Les Nénuphars fleurissent chaque année & tout l'été tandis que les Koï chassent le ver de vase...

Jardin-aquatique.JPG

 

 

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aquatiques
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie