Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 00:01

Ah, comment peut-on commencer un article avec un tel titre?!! Tout le monde le sait: Yucca gloriosa est un vilain Yucca, bien piquant, bien méchant, avec les petits & les grands. Combien de week-end en famille gâchés par les blessures qu'il a infligé? Combien de jardiniers punis par leur imprudence? Même les insectes font attention en atterrissant!...

 

Allez, ce n'est pas vrai (pas complètement en tous les cas!), mais comme je vais dire du bien de Yucca gloriosa je voulais juste prendre un peu les devants.

C'est sûr, si l'on cherche souplesse des feuilles, on ira sur un elephantipes, une taille plus modeste, sur un filamentosa, 2-3 troncs et moins de feuilles, sur un aloifolia, plus bleutées, sur un rostrata, etc... Non, si l'on aime Yucca gloriosa c'est avant tout pour sa résistance au froid!!

 

Si je vous dis -26°c, vous pensez à l'Alaska ou à la Sibérie? Eh bien oui! Non seulement il y résistera, mais en plus il vient de là-bas: du Nord des États-unis... Étonnant pour une 'exotique' de venir d'un coin aussi froid!

Avec les palmiers, les Yuccas font partie des végétaux type en matière d''exotisme'. Installez dans un jardin un palmier, un bananier, un Yucca et le décor est planté: une touche d''exotisme' où que vous habitiez!...

 

Comme le tigre, Yucca gloriosa est mignon quand il est petit: c'est plus dangereux quand ça grandi!! En effet  il déploie, petit à petit, des feuilles persistantes qui s'avèrent redoutables avec le temps!

Bon, mais Yucca gloriosa ce n'est pas que ça, heureusement. C'est d'abord & avant tout une robuste 'exotique' qui se développera partout où vous l'installerez. Chaud, froid, humidité ou pas: il poussera! Sa croissance est régulière. Avec le temps, il rejette du pied gentiment pour former parfois des touffes impénétrables dépassant les 2m de hauteur pour 4 ou plus de largeur. Souvent les stipes (= troncs) penchent, avant de se coucher puis de ramper. De ces stipes surgissent également de nouveaux pieds qui se dresseront dans un premier temps avant de succomber, comme leurs aïeux, à l'attraction terrestre...

 

En plus du froid, il se satisfait de n'importe qu'elle exposition, ensoleillée ou pas, et de tous les substrats. Côté entretien c'est assez facile: arrosez convenablement la première année après quoi Dame Nature assurera le 'service après plantation'.  

Avec un peu de courage vous arriverez (les premières années en tous les cas) à vous débarrasser des feuilles les plus anciennes qui sèchent & restent sur le pied après avoir allègrement jaunies. Les feuilles tombées des arbres environnant donneront également un aspect disgracieux au végétal. Si le coeur vous en dit et en fin d'automne, munissez-vous d'une pince à cornichons (ou un truc dans le genre), pour les ôter avant qu'elles ne se soient complètement amalgamées...

 

Cela fait longtemps que Yucca gloriosa s'est démocratisé: on le trouve maintenant partout (même si en petite quantité), tant son acclimatation est aisée. A la plantation, prévoyez seulement un peu (voir beaucoup) de place autour de son pied car, avec les années, il finira par vous déborder. Il reste néanmoins un des acteurs principaux de tout bon jardin 'exotique' qui se respecte, d'autant plus que vous ne prendrez aucun risque de le voir disparaître compte tenu de son incroyable résistance au froid, ce qui n'est pas le cas de la plupart des végétaux que nous rêvons d'acclimater ici-bas!...

 

Ci-dessous: photo hivernale de Yucca gloriosa envoyée par mon ami Olivier Ducreau... Merci M'sieur!

 

Yucca gloriosa

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Yuccas
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 00:01
Il fallait bien finir par en parler de ce Yucca rostrata, tant il est résistant à la sécheresse, aux mauvais traitements & surtout à notre climat: plutôt froid!
Encore mésestimé à cause de son prix élevé, je parie qu'on le rencontrera de plus en plus fréquemment dans nos jardins ou sur nos terrasses parisiennes dans les années qui viennent...

Avant d'être 'citadin' ou d'une façon plus générale, Français, Yucca rostrata a traversé un Océan, montré patte blanche & s'est assuré d'avoir en règle tous ses papiers. Oui, parce qu'il est Mexicain notre Yucca! Chez lui, là-bas (donc loin d'ici), il se développe dans un sol plutôt argilo-calcaire, supporte l'absence de précipitation durant plusieurs mois & tolère aussi bien les pointes à + 50°c que des températures négatives au-delà de -15°c : des formalités quand on habite un désert...
Vu comme cela, on a envie de se demander: qu'est-ce qu'il fout celui-là, chez moi?!!
Eh bien, il a juste une extraordinaire faculté d'adaptation! Dès que le climat & son substrat se rapprochent de ceux de son habitat, vous ferez un heureux chez 'rostrata'.

Voici un végétal vraiment à part au sein de cette grande famille que sont les Yucca: déjà et au premier regard on peut facilement noter que son feuillage bleuté est assez particulier. On pourrait longtemps disserter sur cette couleur, qui va du gris au bleu en passant par le vert, mais revêtant  toujours un 'vernis argenté'. Eh bien, cela dépend de ses conditions de culture: plus il aura de soleil, plus il sera bleuté & vert il deviendra s'il en est privé. De la même façon, s'il vous l'arrosez davantage que dans son milieu naturel ses feuilles seront-elles plus longues mais pas moins belles...

Il développe un stipe qui se ramifie avec le temps (après floraison ou accident) dépassant parfois les 4 mètres de hauteur. Certains sujets sont centenaires... On a le temps de voir venir!
De croissance assez lente, comparée à un Y. elephantipes par exemple, il est certain que des apports réguliers en eau & en engrais ne pourront que favoriser sa croissance. Où que vous l'installiez, une exposition plein Sud vous choisirez. Mieux encore, vous améliorerez votre sol en l'allégeant à l'aide de pouzzolane & le protégerez des frimâts de l'hiver en le paillant au pied et parfois même en enveloppant son stipe (= tronc) & ses feuilles d'un voile d'hivernage si besoin était (notez, juste pour information, qu'à Paris & proche banlieue aucun d'entre eux n'a bronché malgré les deux hivers derniers et ce, sans protection)

A l'approche de l'été, si on s'en est bien occupé & que l'année a été suffisamment ensoleillée, Yucca rostrata vous fait un vrai cadeau: une fleur. En fait, une inflorescence constituée d'une multitude de fleurs blanches. Celle-ci est très impressionnante (comme toutes les inflorescences de Yucca d'ailleurs), mais l'architecture de rostrata est particulièrement intéressante... (allez le voir sur le Net ou 'en vrai'!) Malheureusement son insecte pollinisateur étant resté au Mexique, il est impossible d'obtenir des graines de façon naturelle dans l'hexagone.

Maintenant, vous avez deux solutions pour avoir l'immense plaisir de le voir se développer au sein de votre collection: soit vous l'achetez, pas très grand & plutôt cher, soit vous le semez et dans ce cas vous devrez patienter quelques dizaines d'années avant que votre rostrata ne puisse vous dépasser! Quel que soit votre choix il faudra que vous l'ayez!! Yucca rostrata, dans un sol parfaitement drainé, résistera à des gels d'environ -17°c. Pour les plus 'frileux' en matière d'acclimatation je vous invite à le planter en pot, lequel vous pourrez remiser en 'serre froide' plutôt que dans votre salon, avant de le ressortir dès la mi-mars de votre maison...

Si j'espère une seule chose à la relecture de ce modeste article, c'est de vous avoir donné l'envie de vous procurer ce Yucca rostrata...
Et, franchement, pour une fois que l'on a une 'exotique' vraiment résistante au gel, on ne va pas s'en priver! Sachez tout de même qu'il est préférable de très loin d'acheter un jeune pied, issu de culture, plutôt qu'un sujet plus âgé arraché à son milieu naturel, en général de façon pas très officielle! (pensez-y à l'achat)

Photo ci-dessous & comme j'ai coutume de le faire, je ne vous propose qu'un détail du feuillage de Yucca rostrata capturé au Jardin des Oiseaux Tropicaux à La Londe-les-Maures dans le Var...

Yucca rostrata
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Yuccas
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 00:01
Il était temps! Je ne sais d'ailleurs pas bien pourquoi je ne vous ai pas parlé de Yucca aloifolia avant, à part peut-être parce que je n'avais pas de photo potable à vous proposer et pourtant voici un Yucca, oui, un "vrai Yucca" qui a l'immense talent de pouvoir supporter de se développer sous nos contrées (comprenez à Paris & bien plus, si affinité)
Il est étonnant de voir combien il ressemble à ceux de nos appartements (= Yucca elephantipes), de constater comment il pourra admirablement se développer dans le sol argileux du bassin parisien & accepter des gels que bien d'autres "exotiques" ne sauraient supporter!...

En effet, Yucca aloifolia résiste aisément à des gels de l'ordre de -18°c! Cette année encore, certainement la plus froide depuis les 12 dernières années, les Yucca aloifolia de la capitale n'ont pas bronché: pas une seule feuille n'a été abîmée, pas une seule tête décapitée, rien!
Le froid, le gel & même un ciel définitivement gris ne paraissent l'affecter: les aléas climatiques semblent glisser sur lui comme l'eau sur la plume du canard!...

Bizarrement, je pourrais compter les sujets parisiens sur les doigts de deux ou trois mains!!
Incompréhensible! Quand on voit sa rapidité de croissance, la facilité avec laquelle on peut le multiplier, qu'il tolère aussi bien le trop que le manque d'eau, qu'il aime autant le soleil qu'il supporte la grisaille, j'ai envie de dire: que demande le peuple?!!
Et bien je vais vous répondre: le peuple demande aux jardineries qu'elle nous le proposent une bonne fois pour toutes!! Impossible de se le procurer! Certes, vous pourrez acheter du Yucca gloriosa (infiniment résistant au froid mais tellement chiant & piquant), du Yucca rostrata que peu de gens achètent parce que trop délicat ou trop cher, ou le sempiternel Yucca elephantipes (= d'appartement) réservé à nos intérieurs car sa résistance au froid est bien inférieure...

Le pire c'est qu'il est le seul à pouvoir fructifier (= donner des fruits, donc des graines) dans l'hexagone! La plupart des Yucca a besoin de son insecte pollinisateur... ce n'est pas le cas pour celui-là! J'ai pu prélever des graines viables aussi bien dans le Sud de la France qu'en plein coeur de Paris.
A 25-30°c, la germination est très rapide (2 à 3 semaines environ) Rapidement la plantule vous offre une deuxième feuille puis une troisième... Celles-ci sont de plus en plus coriaces & Yucca aloifolia a vite fait de prendre son rythme de croisière. Dès la deuxième année, votre plantule pourra supporter, par expérience, des gels d'environ -8 à -10°c! Au pire, elle a tendance à "rougir", ce qui n'est pas pour me déplaire & reste sans conséquence pour son avenir.

Avec le temps, Yucca aloifolia rejette un ou deux pieds comme pour se sentir moins seul (ce qui ne décevra certainement pas les esthètes!)
Vraiment, Yucca aloifolia est le Yucca qu'il faut vous ayez! Je pourrais encore vous en parler des heures, notamment de sa provenance (le Golfe du Mexique), de son port (dressé & unique), de la couleur de son fruit (comestible & violine) ou même de son stipe (clair, fier & annelé), mais le plus simple reste de vous le procurer!!
Photo ci-dessous: un détail de Yucca aloifolia immortalisé aux Serres d'Auteuil à Paris fin février...



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Yuccas
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 00:01
C'est tout simplement injuste!
Vous connaissez Yucca elephantipes, ce Yucca, disons, "d'appartement", que nous avons tous eu un jour et que nous avons conservé bien souvent jusqu'à ce qu'il touche le plafond, vous savez, cette plante aux longues tiges amaigries par manque de soleil surmontées d'un maigre bouquet bien téméraire de feuilles poussiéreuses?!... Vous le reconnaissez maintenant?
Alors comparez-le avec la photo ci-dessous et vous comprendrez mon mécontentement!

Sur "La Côte", Yucca elephantipes peut atteindre des hauteurs tout simplement vertigineuses: Celui du Jardin Olbus Riquier (à Hyères-les-Palmiers) dépasse allègrement les 10 mètres! Ses ramifications se développent sur un stipe (= tronc) puissant, très évasé à sa base, rappelant le pied de l'Eléphant (d'où son nom!)
Le pire est que son entretien est d'une déconcertante simplicité! Déjà, on le trouve partout et à pas cher, mais on peut aussi le multiplier par bouture très facilement: coupez une tête, un tronçon de tige, ou prélevez même un jeune rejet (qui apparaît souvent sur le stipe) accompagné de son "talon" (= un petit morceau d'écorce) Laissez sécher 24h pour que la plaie se cautérise avant de le repiquer dans un terreau léger ou même dans l'eau, il aura très vite fait de raciner. Il ne vous reste plus qu'à le rempoter dans un large pot, car son développement étant assez vif, rapidement son contenant sera trop petit...

Vous l'avez certainement deviné: il ne vous demandera qu'un peu d'eau & beaucoup de soleil pour vous offrir le meilleur... Ensuite, tout n'est qu'une question de temps, mais sa croissance est plutôt rapide (en moyenne, plus de 50cm par an!)
Côté floraison, je dois préciser que Yucca elephantipes produit, au coeur de l'été, une vraie belle fleur de Yucca, à savoir une généreuse hampe florale blanc immaculé approchant le mètre de hauteur et particulièrement décorative (même si je n'aime pas beaucoup cet adjectif!)

Enfin et pour information, sachez que je "maltraite" mon Yucca elephantipes depuis déjà quelques années en Seine & Marne et que rien n"y fait: Il ne veut pas mourir!! Au pire, il a tendance à jaunir mais semble supporter des gels de l'ordre de -8°c, aussi je vous invite à  tenter son acclimatation, quitte à le protéger un peu (parfois beaucoup!) en hiver, mais quoi qu'il en soit il aura toujours la force de redémarrer du pied...
Ci-dessous, une jeune pousse de Yucca elephantipes sur un non moins jeune sujet d'environ trois mètres, prise cet été au Domaine du Rayol Canadel, dans le Var...  

        


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Yuccas
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie