Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 00:01

Les mois mai & juin sont probablement les mois de l'année où l'on peut contempler le plus grand nombre de floraisons dans la plupart des jardins de l'hexagone. Ce n'est pas le cas pour notre Aloé, en effet, celui-ci s'y prend bien plus tôt: quand l'hiver se termine gentiment...


Et pourtant c'est bien une 'exotique' que notre Aloé arborescens. Par leurs provenances géographiques (le Mexique, le pourtour Méditerranéen ou l'Afrique du Sud par exemple), les Aloés ont deux périodes de croissance: le printemps et l'automne. Entre celles-ci, il fait généralement très chaud et les précipitations font souvent défaut. Ils se plongent alors dans une sorte d'hibernation, tout comme l'hiver d'ailleurs, compte tenu qu'il fait plus froid et que la luminosité baisse (c'est d'ailleurs pourquoi il n'est pas nécessaire, voir déconseillé, d'arroser trop vos Aloés pendant ces périodes-là) 
Les floraisons interviennent alors couramment entre la fin de l'hiver et le début de l'été, afin que leurs fruits aient le temps de mûrir et les premières graines de germer avant l'hiver ou au printemps suivant...


Parmi les plus résistants au froid, comme Aloé aristata (-10°c), Aloé striatula (-6°c) ou Aloé saponaria (-5°c), ceux-ci fleurissent généralement en fin de printemps. Notre arborescens s'y prend donc bien plus tôt, mais quelle floraison nous offre-t-il: de superbes inflorescences d'un 'rouge feu' unique semblent s'extraire avec force & détermination du coeur des rosettes de feuilles gorgées de soleil & de vie!... (voir photo)

En effet, si vous vous baladez en plein été sur la côte d'Azur, vous ne verrez d'Aloé arborescens que son feuillage charnu (et encore, si les précipitations printanières ont été généreuses!)

Non, pour le contempler dans toute sa splendeur (c'est à dire en fleurs), il vous faudra prévoir quelques vacances entre février & mars, période de l'année où l'on privilégie davantage les pistes de ski que le bord de mer...

Mais, croyez-moi, cela vaut vraiment le coup, parce qu'il n'est pas le seul à fleurir à ce moment-là et que les jardins Méditerranéens sont remplis de végétaux en pleine pousse ou début de floraison alors qu'autour de Paris ceux-ci sont encore très 'endormis'...

 

Pour la culture de notre Aloé rien de plus simple: les graines germent facilement et les boutures de 'rosettes' offrent de meilleurs résultats encore! Originaire du Sud-Est Africain, vous prendrez soin de lui réserver un sol parfaitement drainé, plus pauvre qu'enrichi et s'il faut l'arroser généreusement, ce sera plutôt au printemps & à l'automne que l'hiver ou en plein été. Sa résistance au froid lui permettra de supporter des gelées avoisinant les -5°c aussi, en dehors des quelques régions très privilégiées que compte notre beau pays, vous le protègerez sérieusement du froid et des pluies automnales à l'aide de paille & autres voiles d'hivernage ou le remiserez en serre froide l'hiver durant, dans une pièce fraîche & lumineuse.

Avec un peu de temps & de bons traitements, comme son nom l'indique, votre Aloé n'aura de cesse de s'ériger et de se ramifier pour former enfin une 'touffe' portée par des tiges qui finiront par 'lignifier' tel un arbuste... Dans sa région d'endémisme, Aloé arborescens peut dépasser les 2 mètres de hauteur! Si vous ajoutez à cela une envergure quasi identique à celle-ci, imaginez le bouquet qu'il peut produire!!..

 

Tant par son esthétique que sa facilité de culture, il va de soi que tout bon amateur de succulentes se doit de posséder un Aloé arborescens dans sa collection ou même sur son balcon!

Pour ce qui me concerne et les cordonniers étant les plus mal chaussés, je dois avouer que je passe plus de temps à le contempler qu'à le cultiver!! Quelque chose me dit toutefois qu'après la publication de cet article, il me sera difficile de ne pas en rapporter une bouture à Paris!...

 

Ci-dessous: détail d'une inflorescence d'Aloé arborescens prête à s'épanouir au Cap d'Antibe et au bord de la mer, en prolongement de la visite de la Villa Thuret...

 

Aloé arborescens - Silvère Doumayrou

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:01

Franchement, existe-t-il un seul produit 'diététique' ou 'cosmétique' qui ne soit pas à base d'Aloé vera? Il y a de tout: des boissons énergisantes à l'Aloé vera, des tisanes relaxantes, des shampoings & des gels coiffants , des crèmes, des émulsions & des gels pour le visage ou le corps, des pâtisseries, des confiseries à l'Aloé vera, mais aussi maquillage, dentifrice, gel douche, lait hydratant, des détergents... Même les animaux ont droit à leur Aloé vera: en jus ou en vaporisateur, pour leur santé et la brillance de leur pelage!... Non mais sérieusement?!!

 
Il ne manque pas grand chose qui n'ait été proposé à base d'Aloé vera, je pense aux cigarettes à l'Aloé vera, 'hydratent & nourrissent vos poumons de l'intérieur', un liquide vitres pour 'garder toujours vos vitres douces & transparentes' et pourquoi pas des préservatifs à l'Aloé vera tant qu'on y est?!... Je suis un peu dur, certes, mais les phénomènes de mode de ce genre ont une fâcheuse tendance à m'irriter!!

 

Avant tout, Aloé vera (ou barbadensis) est une succulente, d'où sa place sur le site. C'est donc un Aloé originaire, pour faire simple, d'Afrique du Nord, une Méditerranéenne quoi (pour une fois que notre 'exotique' ne nous vient pas de l'autre bout du monde, je suis certain que vous apprécierez le faible 'coût carbone' de cet article!!)


Sa culture est très aisée, du moment que l'endroit dans lequel vous l'installerez est exempt de gelées. Oui, malheureusement, voici un Aloé qui ne supporte pas bien et pas longtemps les températures en-dessous de zéro degré!

Le cocktail gagnant: un sol pauvre et bien drainant, un ensoleillement maximum l'année durant et de l'eau, quand il le faut (c'est à dire quand le substrat aura eut le temps de sécher correctement) Éviter d'arroser l'été, comme bon nombre de succulentes, Aloé vera pousse essentiellement au printemps et à l'automne (le reste du temps il profite de ses RTC - Récupération du Temps de Croissance)

 

Phénomène de mode on l'aura compris, on trouve de jeunes Aloés vera (souvent étiolés) dans n'importe qu'elle jardinerie correctement achalandée. Et à pas trop cher. Encore que...

Si vous le cultivez dans de bonnes conditions et même en pot (du moment que vous le remiserez en serre froide l'hiver), il développera rapidement une quantité impressionnante de rejets à son pied. Vous pourrez facilement les prélever et démarrer ainsi une culture intensive d'Aloés afin d'alimenter l'industrie agro-alimentaire ou autre pharmacopée!!...

 

En dehors de quoi, quand les conditions de cultures lui conviennent, votre Aloé vous offrira une belle inflorescence typiquement Aloéienne: des bouquets bien dressés de fleurs groupées jaunes-orangées à ne plus savoir qu'en faire! J'adore... 

Outre son aspect esthétique, surtout quand il est planté en quantité, je dois reconnaître que notre Aloé possède de bien agréables vertus que vous prendrez le temps de découvrir, j'en suis sûr, sur Internet. Aussi, dorénavant, quand vous vous brûlerez lors du premier barbecue de l'année, vous couperez l'une de ses feuilles et appliquerez son gel pour vous soulager...

 

Photo ci-dessous: un bel  Aloe vera prêt à fleurir, photographié en sortie d'hiver dans les Serres du Jardin des Plantes à Paris...

 

Aloe vera Silvere Doumayrou

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 00:01
Je n'arriverai pas à pondre 10 pages A4 sur cet Aloé, mais je pourrais rester des heures à le regarder! Oui, de voir Aloé distans me donne envie de m'approcher...
Attention: des Aloés il en existe un paquet mais, forcément, on a tous nos préférés: Aloé distans fait partie des premiers.

C'est tout bêtement en me baladant dans le Domaine du Rayol Canadel l'été dernier que mon œil fut captivé... Pourquoi? Parce que je me postais là, devant un bel Aloé gorgé de soleil dont je connaissais la silhouette mais pas le nom. Un Aloé trapu, coriace, viril & téméraire, sa couleur pourpre m'indiquait juste le manque d'eau & le trop plein de soleil...
Pour se défendre, il a des épines d'un blanc parfait, lesquelles ne s'avèrent finalement que peu défensives. C'est comme s'il voulait se donner "un genre", un genre Agave par exemple, autrement dit: faire plus de peur que de mal...

Si je parle ici d'Aloé distans ce n'est pas seulement pour le plaisir (ou parce que, j'avoue, j'aime bien ma photo!), mais aussi & surtout parce qu'il a une belle résistance au froid... Même si je ne l'ai pas encore testé en pleine terre dans ma région "betteravière", il semblerait qu'il puisse supporter des gels de l'ordre de -5°c... C'est encourageant & cela me donne envie de l'essayer. Avec une bonne protection, il pourra probablement supporter des températures inférieures si le sol est également amélioré afin d'être le plus drainant possible!

Comme la plupart des Aloés, celui-ci rejette assez facilement & peut se bouturer aisément. Il vous suffit de prélever un tronçon de tige pour le repiquer ensuite dans un substrat léger & à bonne température (20°c environ)
Pour les plus courageux, attendez qu'Aloé distans produise des graines pour enfin les semer... Je ne vais pas "parader" plus longtemps autour de cet Aloé et ferai tout (comme écrire cet article) pour vous donner envie de vous le procurer...
Ci-dessous, un humble représentant de l'espèce pris en plein été au Domaine du Rayol Canadel, dans le Var...



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 00:01
Eh bien moi, j'y vais!! Cet Aloé saponaria tout mimi me donne envie d'en mettre partout! Couvert de ces caractéristiques taches de rousseur (ou de blancheur!) voici un petit Aloé très sympa qu'il faut connaître...

Comme tous les Aloés, celui-ci requiert une belle exposition, à savoir bien ensoleillée, un sol drainant & un arrosage généreux en été... Bref, comme souvent: la tête au soleil & les pieds légèrement au frais. Il porte de bien robustes feuilles disposées en étoile, lesquelles semblent, par chez nous, gorgées d'eau & de force.
Il "rejette" rapidement & généreusement pour donner lieu à une nouvelle génération. Comme je dis le souvent: Si vous en avez un, vous en aurez toujours!
Il est si facile de le multiplier, en prélevant ses nombreux rejets que, très vite, il vous faudra les distribuer!

Son envergure reste tout à fait raisonnable (puisqu'il ne dépassera pas 30cm de diamètre) aussi est-il plus qu'envisageable de le maintenir en pot. Cerise sur le gâteau: Aloé saponaria produit une bien agréable floraison quand, entre juin & juillet, au cœur de ses feuilles & de l'été, sort un bouquet de jolies petites fleurs orangées perchées sur une frêle tige d'un vert parfait!
Un seul défaut pour nous, les "non Méditerranéens": Aloé saponaria ne résiste au gel que jusqu'à -5°c!... C'est limite pour la banlieue parisienne ou pour nombre de régions situées au Nord de la Loire, néanmoins, avec un peu d'énergie, nous arriverons à l'installer (qui plus est si on peut le maintenir en "serre froide" l'hiver (= serre non chauffée, mais hors gel))
Aloé saponaria est si simple & si robuste que de le nier en fait de vous un rustre! Il est, comme Agave americana ou Aloé aristata, un végétal simple & agréable à cultiver.

Alors et pour les autres, les "privilégiés", ceux qui habitent sous des contrées plus protégées, Aloe saponaria pourrait rapidement s'apparenter à une "mauvaise herbe" car son apparente fragilité cache une excellente résistance à la sécheresse... Très souvent il est bien moins vert que "par chez nous" et à tendance à rougir voire à devenir pourpre sous les assauts répétés du soleil & du manque d'eau ou encore quand les températures descendent en-dessous de zéro...
Bref, trouvez-le, bouturez-le, faites ce que vous voulez mais il faut que vous l'ayez!!
Ci-dessous, un jeune Aloé saponaria
prit dans mon jardin au petit matin...


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 00:01
Bizarrement, on parle encore très peu des Aloés. Certainement parce que, pour la plupart, ce sont des végétaux qui résistent mal au gel et supportent guère un excès d'humidité en période hivernale... Cependant, comme on a déjà pu l'évoquer dans un article précédent avec Aloé aristata, certains Aloés sont parfaitement acclimatables si l'on prend soin de respecter quelques précautions…

C'est le cas d'Aloé striatula, un des plus résistants de l'espèce, puisqu'il peut tenir au moins jusqu'à -6°c sans protection.
Aloé striatula est un Aloé buissonant, presque "grimpant" qui peut dépasser le mètre de hauteur. Après quelques années de croissance, la lecture de cette plante peut être altérée, je veux dire par là que cet Aloé est parfois "fouillis", aussi je vous conseille de le rabattre (= tailler court) de temps en temps, afin de garder toujours des branches basses, bien vertes & pleines de vie, autant que d'autres, plus élancées, qui vous donneront de belles hampes florales, jaunes-orangées et caractéristiques de l'espèce. En le rabattant, vous densifierez également son port, rendant l'aspect général plus "compact".

Ses longues feuilles d'un vert profond, semblent se dresser énergiquement vers le haut, comme irrésistiblement attirées par le soleil... Deux facteurs peuvent ternir ce tableau: le manque d'eau & le gel. Dans ces deux cas, les feuilles ont tendance à jaunir, mais seront bien vite remplacées dès que les conditions seront propices à leur développement.

Il n'est pas très compliqué de lui installer un bon terrain: il faudra lui réserver un endroit du jardin ensoleillé et bien protégé des vents & du froid (surtout pour l'hiver), un sol bien drainant (type "rocaille") et un arrosage généreux en été. C'est tout. Prévoyez juste un peu de place au sol, car Aloé striatula a tendance à s'étaler et, de ce fait, se marcotte naturellement pour prendre davantage de place encore!... Plus le pied sera imposant, plus il sera résistant au froid, alors installez-le dès maintenant au sein de votre jardin "exotique" ou "evergreen". Vous le marierez aisément avec vos autres succulentes de taille moyenne ou petite type Aloés, certaines Agaves, Sedums, Sempervivums, etc...

La famille des Aloés est assez vaste, aussi aurons-nous l'occasion de parler prochainement d'autres représentants de l'espèce, comme Aloé broomi, saponaria, distans ou encore Aloé arborescens...
La photo ci-dessous vous présente un détail de mon petit Aloé striatula sur mon non moins petit rebord de fenêtre à Paris...   

undefined

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 20:18
Aristote disait (à peu de choses près): "Plus j'en sais et plus je sais que je ne sais rien..." Eh bien c'est vrai et plus encore pour moi car j'en sais bien moins qu'Aristote!

Et il se trouve que plus on en sait sur les végétaux, plus on découvre combien il y en a à apprendre... C'est sans fin!
Ce n'est d'ailleurs pas tant mon savoir (plus empirique que théorique) que j'essaye de distiller à travers mes articles, mais plus exactement mes découvertes, mes coups de cœur & mes expériences, que je souhaite vous faire partager. Une rencontre, en voilà une...

Je faisais allusion à Aristote simplement parce que j'aimerais dire un mot sur un Aloé pas comme les autres: Aloé aristata.
Il me plaît bien celui-là!! Déjà, il aime l'eau (contrairement à la plupart des Aloés) en plus, il la supporte l'hiver. Il supporte également très bien le gel: -12°c environ! Ça, c'est le plus important pour tous ceux qui souhaitent réussir l'acclimatation de végétaux "exotiques" sous nos latitudes.

Il a un port très compact mais cela ne l'empêche pas de rejeter rapidement & très généreusement grâce à de fortes & épaisses racines. De ce fait, il a besoin d'un peu de place au sol pour se développer. Comme Agave americana par exemple, il a vite fait d'arriver à saturation quand il est cultivé en pot, surtout si celui-ci est étroit. Cela ne ralenti pas pour autant sa croissance, c'est un végétal qui sait parfaitement s'adapter à tout type de culture: aussi bien en pot qu'en pleine terre, au soleil qu'à la mi ombre, arrosé généreusement ou pas...

Bon et puis Aloé aristata donne, en été, une remarquable inflorescence aux fleurs orangées de 70 cm de haut environ et, n'étant pas monocarpique, le pied qui fleurit ne meurt pas après floraison. Vous le multiplierez très aisément en séparant au printemps les rejets du pied mère. Le semis est envisageable, même si je ne l'ai encore jamais tenté moi-même (il faut déjà réussir à obtenir des graines fécondées)

Bref, voici un Aloé à installer immédiatement dans votre jardin ou sur votre balcon!! (Bon, au pire, ça peut aussi attendre le printemps ou l'été prochain!) Si Aloé aristata vous a séduit, je vous invite également à vous intéresser à d'autres représentants de l'espèce, comme Aloé saponaria (-6°c), Aloé striatula (-10°c), Aloé broomi (-15°c) et pourquoi pas à la grande famille des Sempervivums?!...
La photo ci-dessous à été prise en région parisienne. On y voit nettement un beau rejet apparaître en bas à gauche de la photo...   

Aloe-aristata.JPG

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Aloés
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie