Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 00:01
Surtout, n'en faites pas une jaunisse! J'ai si souvent entendu: "Je n'ai pas la main verte!"... Moi non plus! Mes deux mains sont bel & bien de la même couleur et, même le "Géant Vert", tout ce qu'il arrive à faire pousser est du maïs, alors?!...

En fait, il ne faut pas grand chose pour réussir ses plantations: de la patience & de l'observation...
L'expérience est bien plus enrichissante que l'assimilation d'informations théoriques. J'ajouterai que le jardinage est une sensibilité, aussi chacun détient-il sa vérité (son expérience, en fait!) Les jardiniers ou autres vendeurs en pépinière (dont je fais parti) ne devraient jamais nous asséner des "vérités", mais plutôt nous faire part de leurs expériences, de ce qu'ils ont réussi ou raté. Aussi le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous jeter à l'eau!

Que veut dire alors ne pas avoir la "main verte"? Certainement avoir une majorité de plantes qui crèvent trop rapidement?!...
Après une longue enquête, la plupart des personnes m'ayant dit ne pas avoir "la main verte" ont en fait très souvent utilisé pour leurs plantations un terreau dit "Universel". Erreur! Le nom de ce substrat est galvaudé puisque, outre son appellation, la seule chose à laquelle il puisse servir est d'amender & d'alléger un potager!... Pour tous ceux qui en ont fait l'expérience, en pots et après quelques mois, quand les racines se sont développées & que le substrat est "lessivé" (= rincé de ses substances nutritives par des arrosages répétés), il ne reste plus rien!! Il est alors impossible d'entretenir une certaine fraîcheur au pied de vos plantes et, très vite, celles-ci commencent à végéter voire, à mourir!...

Pour régler le problème du substrat & de l'arrosage, je vous invite à consulter 2 articles traitant du sujet: "Des plantes en pot, partout!" & "Pour les plantes en containers, ce qui faut savoir & faire..."
Après lecture vous verrez qu'avoir "la main verte" n'est ni une question de chance ni de hasard mais plutôt une question d'apprentissage.
Désirez, organisez, achetez des végétaux & essayez... Vous verrez, vous réussirez!
En résumé, ne faites pas comme cette fleur d'Ipomée: ne vous compliquez pas la vie pour voir vos plantes se développer!


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:01
Attention, cet article étant plus long que ceux que vous avez l'habitude de lire, je vous propose, pour sa lecture, de vous armer de barres chocolatées & autres boissons multivitaminées!...

Alors voilà, on a une terrasse, un balcon, un rebord de fenêtre et... des plantes en pot. On rêve d'une végétation exubérante, libre ou organisée, comme celle que l'on voit sur papier glacé, composée de végétaux bien verts & très heureux de l'être! Mais ce n'est pas toujours le cas...

En effet, la première chose, je crois, qu'il faut savoir, est qu'une plante "en pot" n'est pas quelque chose de naturel. Cela peut paraître bête, mais les plantes poussent en pot depuis que l'homme l'a décidé. Dans la Nature, les parties souterraines d'un végétal (les racines) sont environ, de 3 à 5 fois supérieures aux parties aériennes (tronc, branches & feuilles) En pot, c'est l'inverse: un volume de terre restreint doit subvenir aux besoins d'un très grand volume de "chlorophylle"... Aussi faut-il veiller à tailler régulièrement les végétaux en containers afin d'éviter qu'ils ne s'épuisent. Quand vous "coupez" une branche, vous limitez le développement d'un volume de racines bien plus important que celui occupé par cette première. En somme, vous permettez à votre plante de ne trop vite saturer l'espace qui lui est réservé. J'espère que je me fait bien comprendre!? Alors, autrement dit: plus fréquemment vous taillez, plus longtemps vous les garderez... C'est, par extension, le principe du "Bonsaï", qui veut dire littéralement en Japonais: "arbre en pot".

Pour augmenter ce volume, par définition limité, il faudra savoir l'enrichir. Pour cela, une seule solution: offrir à vos plantes la meilleure association de terreaux qu'il soit. Il existe des engrais qui combleront les manques du substrat, mais le plus simple reste de faire le bon mélange à la plantation & de "surfacer" chaque année avec un terreau convenablement enrichi. Outre la taille & le substrat, c'est l'arrosage qu'il faut savoir gérer. J'ai coutume de dire que, quand vous pensez avoir bien arrosé vos plantes, recommencez et alors elles auront une petite chance d'être convenablement hydratées! C'est juste que la plupart des gens n'arrose pas leurs végétaux assez généreusement. J'aimerais ajouter une précision à ce sujet: ne pensez pas, quand il pleut, que vos plantes sont arrosées! "Une douche vous rafraîchit mais n'étanche pas votre soif "... Eh bien pour les plantes, c'est pareil!

Ensuite & "en vrac", privilégiez des végétaux qui ont un développement adapté au volume qui leur est dédié: il sera bien plus aisé de voir se développer au mieux une vivace ou un arbuste en pot plutôt qu'un arbre à grand développement. Choisissez également vos végétaux dans de petits litrages (= petits pots), lesquels auront bien plus de chances de se développer que des végétaux à fort litrage qui seront très vite "étriqués" dans l'espace qui leur sera dédié. Enfin, à la plantation, n'oubliez pas "d'éclater" les mottes de vos plantes, à savoir les ouvrir, s'il le faut en taillant dans les racines, lesquelles auront du mal à se développer dans leur nouvel environnement si cette opération n'est pas effectuée correctement.

En fait, pas besoin de faire plus long, il en faut finalement peu pour obtenir de beaux résultats! Une fois n'étant (vraiment) pas coutume, en lieu & place de la sempiternelle photo que je joint à chacun de mes articles, je vous propose ci-dessous une liste (non exhaustive) de Terreaux & Mélanges que j'ai mis au point pour une grande jardinerie parisienne.


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 00:01
"La Pépinière", comme tant de sites & autres magasines, s'adresse bien évidemment aux propriétaires de jardins, terrasses ou balcons. Mais que fait-on quand on a rien de tout cela?! J'ai peut-être quelques solutions à vous proposer...

La plus sympa d'entre-elles est d'offrir certaines de vos plantes (issues de semis ou boutures, par exemple) à vos amis les plus proches, avec le pot & le substrat qui vont bien. Celles-ci  s’épanouiront dans les meilleures conditions et le plaisir de les voir à chacune de vos visites vous offrira une certaine satisfaction. Cela reste certes, un plaisir "par procuration", mais néanmoins effectif! (Et je m'y connais en la matière!)

Une autre solution consiste à "squatter" le jardin de vos parents ou de la famille... Adieu Rosiers, Tulipes & autres Thuyas passés de mode (blasphème, je sais, mais j'assume!) Je vous propose, dans un premier temps et à l'occasion d'anniversaires ou de fêtes des mères, d'offrir à vos aïeux les plantes qui vous font plaisir. En quelques années vous aurez vite fait de "coloniser" le jardin des personnes concernées et de le transformer à votre goût! (Je sévis là aussi!)

Si vous rencontrez des réticences, faites des compromis: offrez des végétaux "exotiques" à fleurs par exemple (les mamans aiment beaucoup!) Une fois la chose faite et le plaisir de la partie adverse consommé, revenez à l'attaque avec un Palmier, un Yucca ou même un Bananier: cela marche (presque) à tous les coups!!
Enfin, vous pouvez encore prendre la tête de votre copropriété et décider d'arborer les parties communes à votre guise, ralliant jeunes & moins jeunes, propriétaires & locataires à votre projet de "végétalisation" (je l'ai également fait!!)

Et puis après tout on a tous un rebord de fenêtre, non? Et même dans cet espace (parfois plus que) restreint on arrivera à faire pousser, comme moi,  nombre de plantes. Ce point de départ est un bon prétexte à un début de "colonisation". Multipliez vos végétaux, rempotez-les, accrochez-les comme vous pouvez au garde-corps de votre balcon jusqu'à ce que celui-ci déborde de plantes! Devenues trop imposantes, vous aurez tous le loisir de les emmener à la campagne, que ce soit chez vous ou ailleurs...

Enfin, si aucune de ces propositions vous semble réalisable, fréquentez régulièrement les jardins publics: à force de passer & repasser devant les végétaux qui vous comblent, vous finirez par vous les approprier! Votre plaisir consistera à les "visiter" régulièrement afin de constater leur évolution...
La photo ci-dessous vous propose une petite vue du jardin de ma "môman" en cours de "colonisation"... (Gunnera manicata ou Ricinus comunis entre-autre)


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 00:01
Il n'y a pas que les "monocotylédones" (Palmiers, Yuccas, Bananiers...) qui peuvent arborer un port dit "exotique"! Il y a aussi des plantes dites "grimpantes", des lianes en fait. Parmi cette grande famille de grimpantes ou "volubiles", il y en a quelques-unes que tout jardin dit "exotique" se doit de posséder...

Je pense notamment aux Passiflores, Trachelospermum jasminoïdes, Clematis armandii, Plumbago auriculata, Hardenbergia violacea, Jasminum officinalis ou encore Solanum jasminoïdes. Pour la plupart, elles nécessitent un support de croissance, c'est à dire qu'il faut les aider à s'installer (treillage, fils de fer, pergola...) Une fois la chose faite, vous aurez tout le loisir de contempler la feuille de Clematis armandii qui, pour moi, ressemble étrangement à celle, on ne peut plus "exotique", de la Vanille (une Orchidée), le parfum non moins envoutant de Trachelospermum (équivalent à celui du Jasmin) ou la floraison surabondante de Plumbago ou Solanum... Ces grimpantes sont toutes "persistantes" (= elles gardent leurs feuilles, même en hiver)

Pour les voir se développer au mieux en pots, je vous propose le mélange suivant: 60% terreau plantation, 40% terre végétale (ou "de jardin") + un engrais organique à diffusion progressive type corne torréfiée.
En général, une exposition ensoleillée est (plus que) recommandée. L'ensoleillement favorise la croissance & la floraison, même si certaines d'entre-elles accepteront de pousser à la mi-ombre ou même à l'ombre. En pleine terre, vous pouvez les laisser s'exprimer librement, alors qu'en pot on prendra soin de les tailler afin de limiter la croissance des racines et donc de saturer le volume de substrat disponible trop rapidement.

Ces grimpantes c'est, outre la persistance de leurs feuilles, la liberté de croissance, les fleurs, les couleurs & les parfums... J'aurai même tendance à les associer entre-elles, pour jouir davantage de leurs attributs tout au long de l'année.
Attention: elles ne sont pas toutes résistantes au froid voire, au gel et certaines d'entre-elles, comme Passiflora, Hardenbergia ou Jasminum officinalis prennent parfois le risque, sous ce climat continental qui est le notre, d'être "brûlées" ou défoliées pendant l'hiver. Elles repartent généralement dès le printemps (dans ce cas, n'hésitez pas à "rabattre" sévèrement!)

En somme, n'oubliez pas les grimpantes, pensez à les associer à vos autres végétaux "exotiques", en leur réservant toujours un coin du jardin ou du balcon bien abrité & bien exposé. Le temps fera le reste...

N'oublions pas l'Ipomée (ou "volubilis"), certes une "annuelle", mais qui se développe très rapidement et qui vous offrira une extraordinaire floraison tout l'été durant, Hydrangea seemanii (au feuillage persistant) ou encore Bignonia capreolata (feuillage semi-persistant, mais à la floraison précoce & tellement "exotique"!)
Ci-dessous, Plumbago auriculata dans une petite crique au bord la mer près de Toulon...   

undefined
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 00:01
Il était une fois un palmier qui poussait bien tranquillement depuis des millénaires au beau milieu du continent Sud-Américain... Un jour, il y a longtemps déjà, les hommes qui l'ont découvert lui donnèrent un nom: Trithrinax campestris.

Bien plus tard, d'autres hommes décidèrent d'en prélever quelques spécimens pour leurs luxueuses villas du "Vieux Continent". Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir qu'ils avaient rapporté avec leurs palmiers un gros papillon dont les larves xylophages se délectent du cœur de ces palmiers! Ce papillon c'est Paysandisia archon. Celui-ci s'est trouvé bien esseulé car il n'y a avait pas d'autres Trithrinax dans les environs... Il lui est alors venu l'idée de "goûter" d'autres espèces de palmiers, comme Phoenix canariensis, Chamaerops humilis ou Trachycarpus fortunei par exemple. Il s'est très bien acclimaté à son nouvel environnement et, faute de prédateurs, a commencé à se développer plus largement. Voilà pour la petite histoire...

Aujourd'hui, dans certaines villes du Sud de la France, mais pas seulement (!), on abat massivement les palmiers infestés par ce "nuisible". Une seule solution: couper les palmiers et les brûler! L'homme doit apprendre & comprendre que déplacer des espèces comporte des risques, la plupart du temps difficiles à maîtriser ou à juguler.

Un deuxième ravageur est également en train de s'attaquer aux palmiers, son nom: Rhynchophorus ferrugineus (le Charançon rouge - plus simple!) Celui-ci nous vient d'Asie via le Moyen-Orient. Il est encore plus virulent que le papillon et aucun remède fiable n'est encore au point pour éradiquer ces deux nuisibles venus d'ailleurs. Le problème majeur reste que quand l'on aperçoit les premiers symptômes (de la sciure qui sort du cœur du stipe ou des trous très réguliers, type "brûlure de cigarette", dans les nouvelles feuilles) il est déjà trop tard!...

Aussi je vous invite à faire très attention aux palmiers que vous achetez ou que vous importez. Si l'un d'entre eux est atteint par l'un ou l'autre de ces ravageurs, il aurait vite fait de contaminer l'ensemble de votre collection (et les environs!..)
C'est dommage que ces deux compères fassent de l'ombre à Trithrinax campestris car, même s'il pousse très lentement, ce palmier originaire d'Argentine est vraiment très intéressant! (Notamment pour sa résistance au gel: -12°c environ)
Nous aurons l'occasion d'en reparler très prochainement mais, en attendant & pour en savoir davantage sur ces bestioles, je vous invite à consulter le site de Gardenbreizh ou le forum des Fous de Palmiers.
Ci-dessous, Tritrhinax campestris lors de l'installation de "Paris-Plage" parmi la collection de palmiers qui est proposée chaque été tout au long de la Seine...

undefined

 

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 00:01
La "Climato-psychologie" ou l'Art d'être influencé par le temps qu'il fait!...
Eh oui, certains jours d'hiver, on se demande si l'on va en sortir un jour!... Il fait à moitié nuit, le ciel est invariablement gris, les températures ne décollent pas: C'est à se demander si le soleil finira enfin par se montrer!... Celui-ci parait avoir été embauché en Intérim... Ce serait vraiment sympa qu'il signe un CDI avec l'Ile-de-France & ailleurs!... Ajoutez à ce sombre tableau une pluie fine & froide qui fouette nos visages, laquelle semble faire les trois huit!...
Comment s'en sortir outre prendre notre mal en patience!... Deux solutions: Au pire, mettre fin à ses jours, au mieux, se glisser sous la couette, au chaud, en attendant que ça passe!...


Et puis, le temps passant, le soleil revenant, brillant davantage puis vraiment, réchauffe nos visages meurtris par un hiver toujours trop long et nous rappelle que nous nous dirigeons assurément vers le printemps!... Ce soleil nous chauffe, les températures remontent et notre espoir grandit!... Les beaux jours pourraient-ils revenir pour de bon?...

Et ce jour arrive, tout doucement, un peu plus à chaque lever de soleil... La déprime fait place à l'espoir...

Petit à petit, sans que l'on s'en rende compte, le soleil est déjà (presque trop) chaud pour la saison! On enlève paille & voiles d'hivernage, il faudrait presque arroser nos végétaux à peine sortis de l'hiver... On se dit que les gelées blanches ne sont définitivement plus d'actualité (même si on a tort, on veut juste s'en convaincre!) et bientôt on se demandera comment il est possible que notre sol gèle en hiver tellement les températures sont clémentes et le soleil présent!...

Cette fois, on peut dire que l'on tient le "bon bout"! On y est presque!
Ca y est, le printemps arrive avec son armée de jours qui rallongent, d'arbustes en fleurs et autres "exotiques" qui repartent en croissance!... Et même si les nuits sont encore fraîches, considérons que nous sommes sauvés!!...

En attendant que les beaux jours s'installent définitivement et que le plaisir face place au bonheur, je vous invite (avec un peu d'avance) à profiter "virtuellement" des petits riens qui nous comblent, comme ces feuilles (presque parfaites!) de Musa Basjoo, immortalisées en août dernier dans mon jardin...


undefined

Repost 0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 00:01
Alors voilà. une fois n'étant pas coutume, j'aimerais vous parler de l'intérêt de se balader dans les jardins... Mieux que les parcs & autres jardins de la ville je souhaiterais attirer votre attention sur les Jardins "Botaniques".

La vocation première d'un Jardin Botanique est d'abord pédagogique: il a pour but d'éduquer le public à l'univers végétal dans son ensemble et ce, sous différents angles. Diversité, évolution, classification, biologie, écologie...
Pour ce faire, un tel jardin réunit des collections de plantes du monde entier, lesquelles serviront de sujet d'étude aux scientifiques autant qu'au passionné le plus modeste...

Mais un Jardin Botanique est aussi un "conservatoire" des espèces rares ou menacées de notre petite planète. Comme le précise Frédéric Achille (Responsable scientifique des collections de plein air du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris & Conservateur du Jardin Botanique du Val Ramheh) à qui je dois les informations techniques de cet article, un Jardin Botanique doit avant tout être un lieu de détente, de plaisir et de découvertes (conditions indispensables à la diffusion des connaissances...)
J'ai, pour ma part, en "traînant" dans l'Ecole de Botanique du Jardin des Plantes à Paris, découvert quantité de végétaux et parmi eux quelques "exotiques", résistantes au froid & acclimatables à la région parisienne. Je pense notamment à Fascicularia pitcairnifolia, Melianthus major, Beschorneria yuccoides et tant d'autres...

Par le biais de cet article, je souhaite vous inviter à découvrir (ou re-découvrir) des végétaux, plus ou moins connus, de la façon la plus simple qu'il soit: en se baladant près de chez soi... Ici ou là, vous pourrez parler avec des jardiniers passionnés par leur métier, source d'informations infinie à mes yeux. Il faut y aller régulièrement car, à chaque visite, on y découvre de nouvelles espèces, en fonction du temps qu'il fait, du temps que l'on a & surtout en fonction de ce que nos yeux cherchent...
A chacune d'entre elles, ces derniers se posent sur de nouvelles espèces, élargissant ainsi mon champ de connaissance. Croyez-moi, les jardins sont source d'inspiration autant que d'apprentissage. Ne vous privez pas de telles balades et ce, en toute période de l'année!
Photo ci-dessous: une vue hivernale de l'Ecole de Botanique du MNHN de Paris...

undefined

 

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 23:51
Je suis désolé, mais maintenant c'est presque officiel et il falloir s'y résoudre: l'hiver est là! Et avec son arrivée, son cortège de mauvaises nouvelles: journées courtes, temps gris, froid, gel et j'en passe... Ce n'est pas ce que l'on préfère, je sais, mais l'hiver est là, hélas!... Allez, au boulot, il va falloir "protéger nos protégées"!

La base des protections consiste à "pailler" ( = mettre de la paille ou des feuilles mortes sur) vos plantations, au moins à hauteur de 20cm, cela évite au sol de geler ou, au pire, de limiter les dégâts! Pour les parties aériennes (plus fragiles), utilisez du "voile d'hivernage". Rassemblez les feuilles ou branches des végétaux, attachez-les avec de la ficelle (ne serez pas trop!) puis, enroulez-les de ce voile. N'hésitez pas à faire 2 ou 3 tours (selon son grammage) Les stipes de palmiers par exemple et la base des pétioles pourront être protégés par de la "Brande de bruyère"...   
A proscrire: l'utilisation de film plastique ou de "papier bulle", leur "effet serre" provoque une condensation qui s'avère plus néfaste qu'autre chose quand les températures descendent en-dessous de zéro degré: la condensation se transforme en glace et abîme davantage les végétaux!...

Pour se protéger des dommages causés par le froid, il faudra également s'assurer que le substrat de vos végétaux est le plus sec possible (sec, mais pas "desséché"!) Plus le sol est humide, plus, en gelant, il risque de les abîmer... Les résistances au froid qui vous sont données par les différentes sources que vous pouvez consulter concernent des végétaux adultes et plantés dans des conditions idéales, à savoir un sol bien drainé, donc aucune saturation en eau au pied de la plante concernée. Dans certains cas on prendra soin, à l'automne, d'entourer le pied du végétal d'une toile en plastique, au sol, afin de refouler l'excédent d'eau qui pourrait s'y accumuler au cours d'averses automnales. Dites-vous bien que plus vos plantes sont jeunes, plus elles ont besoin de protection.

Pour les végétaux tout juste résistants, il existe également d'autres moyens pour les aider à passer cette période critique en les entourant par exemple d'une guirlande lumineuse (qui élèvera la température des 2 ou 3 degrés supplémentaires nécessaires à la plante pour éviter de geler) ou encore d'enterrer un câble chauffant relié à une sonde, lequel se mettra en route quand la température descendra en dessous de 0°c... (bien que je sois contre "l'acharnement thérapeutique"!)

Quoi qu'il en soit, sachez que le gel n'est pas le seul responsable dans l'échec de l'acclimatation de certains végétaux, des températures trop fraîches trop longtemps accompagnées d'un manque d'ensoleillement peuvent causer la mort de certains végétaux "exotiques".
Photo ci-dessous: feuilles d'Orme & d'Erable figées par le givre dans ma région qu'un de mes amis appelle désormais la "Sibérie Occidentale", j'ai nommé: la Seine & Marne...

Premi--res-gel--es.jpg

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 22:00
Comme nous le montre la photo ci-dessous c'est l'automne et... bientôt l'hiver!
Eh oui, malheureusement c'est l'automne... Je dis malheureusement pour tous ceux qui ont des jardins constitués de plantes à feuillages caducs. Les arbres se déplument, les grimpantes se dégarnissent, les vivaces se cachent sous terre tandis que les annuelles disparaissent à jamais pour laisser une impression de tristesse voire, de désolation... Que le nettoyage commence!

C'était sans compter sur les jardins "exotiques", remplis de Palmiers, Yuccas, Agaves &  autres Méditerranéennes. C'est ça la solution pour avoir un jardin vert toute l'année: adopter des plantes dites "exotiques" ou Méditerranéennes résistantes au froid. On ne le sait pas assez, mais il en existe des centaines! Aussi, pour aller dans ce sens, je vous propose une liste (archi non exhaustive!) de végétaux à développements plus ou moins importants, ayant tous un feuillage persistant et un port exotique ou au moins Méditerranéen.

Je pense notamment à l'Olivier, au Mimosa, Arbousier, Eucalyptus, Calistémon, Fatsia japonica, Pittosporum, Lophomyrtus, Nerium... (arbres & arbustes), Trachycarpus, Chamaerops, Jubea, Sabal ou Brahea... (palmiers) et puis, Trachelospermum jasminoides & Clematis armandii, Solanum  (grimpantes), les Agaves résistantes au gel (americana, franzossini, montana, paryii, salminiana...), certains Aloés (aristata, polyphylla, saponaria, striatula...) et puis Yucca rostrata, filamentosa, aloïfolia et encore Beschorneria, Cordyline, Dasylirion, Phormium, sans parler des Sedum, Sempervivum et j'en passe quelques milliers!...

Pour conclure & si vous en doutiez encore, sachez qu'il est possible d'avoir un jardin entièrement constitué de plantes persistantes, un jardin "evergreen" (= toujours vert), été comme hiver.
Notez enfin que ce jardin "evergreen" peut également être constitué de nombreuses plantes persistantes non "exotiques"  (Il en existe également des centaines, voire plus!!) Si vous souhaitez mettre en place un tel jardin, lisez chaque semaine les articles de "La Pépinière"!
La photo ci-dessous vous montre une feuille de palmier (Trachycarpus fortunei) prise à contre-jour en plein hiver... et pourtant c'est vert!   

Feuille-de-Trachycarpus-fortunei.JPG

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 21:00
Bon, ça ne va pas du tout!... Non, rien a poussé cet été, à part les mauvaises herbes!!... C'est l'été le plus froid depuis 30 ans et un des plus gris & pluvieux!... Résultat, les Palmiers, Yuccas et autres "exotiques" ont très peu poussé... Surtout les palmiers, d'ailleurs!...

Bizarrement, les Agaves ne paraissent pas avoir souffert de cet été calamiteux. Elles ont prospéré, même avec un ensoleillement très faible et une pluviométrie excessive... Mon Musa basjoo a également bien profité de cet été pluvieux (voir photo) En effet, il atteint aujourd'hui les 6 mètres & l'inflorescence ne cesse de se développer. Mes Musella lasiocarpa ont également bien toléré ces conditions (plus que les Musa basjoo en pot) du moment qu'ils ont été cultivés en plein soleil (ceux qui poussaient à la mi ombre ont plutôt mal supporté...)

Parmi ceux qui ont bien accepté ces conditions, il y a aussi les Aloé (saponaria, aristata, striatula...), Dracena draco, Butia capitata, Trachycarpus fortunei & wagnerianus, de jeunes Gunnera et, bizarrement, mes Dasylirion (glaucophylum & acrotriche) réputés pour aimer la chaleur, les sol secs & bien drainés!...

Bref, l'inquiétude vient maintenant de l'hiver prochain, à savoir, va-t-il faire très froid? Ou juste froid? Oui, car les températures de cet été et (déjà!) de ce début d'automne sont plutôt en dessous des normales saisonnières alors, les plantes qui ont déjà passé un été moribond vont-elles survivre à un hiver particulièrement froid?! Là est la question...
Aussi, pour se redonner un peu d'espoir, je vous propose cette photo, celle de mon Musa basjoo, prise le 17 septembre dernier, alors qu'un soleil printanier nous donnait un peu de chaleur, même si fragile et éphémère!...

Bananier-Sept.-2007.JPG

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Sujets généralistes
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie