Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 00:01

Wahou!... Un peu de fleur sur "La Pépinière" ne peut faire de mal à personne! Je le sais bien, j'en parle peu, je n'en propose que rarement & vous auriez tous les droits de me le reprocher! Alors, une fois n'étant pas coutume, parlons un peu "fleur" cette fois-ci si vous le voulez bien!


C'est une bien drôle de plante que ce Tibouchina urvilleana. Quand je l'ai vue pour la première fois, j'ai presque eu peur de la toucher tant elle me semblait fragile!
Ce n'est pas complètement faux, car sa tige est "cassante", sa fleur est éphémère & ses feuilles, délicates. Cela n'empêche que Tibouchina est une plante qu'il faut non seulement connaître, mais se procurer absolument et ce, dès le printemps!
Originaire du Brésil, elle a prit un jour (de juin, je crois) le bateau pour la France. Malgré un pénible voyage, certainement trop long pour cette précieuse "exotique", elle a finalement atterrit chez nous & pour notre plus grand bonheur.
Il a fallu la patience & l'obstination de botanistes bien téméraires pour la multiplier avant de nous la proposer...


Pour dire la vérité et même si j'avais prit l'habitude de la voir & de la vendre à mes clients préférés, avant de la croiser chez un copain je ne l'aurais jamais achetée. Ses feuilles velours & ses fleurs d'Orchidée me paraissaient bien trop précieuses pour me la procurer... Erreur, Tibouchina est aussi rare en jardinerie que modeste dans la vie!!
Sa floraison d'un mauve intense semble vous contempler tout au long de l'été alors que ses feuilles duvetées n'en finiront pas de pousser...

Plus grande qu'une Ciste,  plus résistante qu'un Phalaenopsis,  plus modeste qu'Amaryllis, voici une plante qu'il faut vous procurer à tout prisse!...


Sa faible résistance au froid vous contraindra à la protéger fortement en période hivernale et, même si ses parties aériennes auront souffert du gel, elle aura la force de redémarrer du pied (Tibouchina ne résiste malheureusement qu'à des gels d'environ -2 à -4°c et un peu plus si le pied est correctement protégé) C'est typiquement une plante de serre froide (=  une serre non chauffée en hiver, mais maintenue hors gel) C'est suffisant pour le Sud de la France, la Bretagne ou Paris "intra-muros"...


Ce n'est pas parce qu'elle est si peu résistante au froid qu'il faudrait pour autant s'en priver!! Je projette de l'installer en pleine terre, dans les meilleurs conditions, à savoir très protégée & plein sud dirigée, une fois le printemps arrivé...

Croyez-moi, si l'on veut de "l'exotisme" au jardin, il faudra compter avec Tibouchina urvilleana!

Ci-dessous, une fleur de Tibouchina prise en début d'hiver dans le jardin d'un copain à Fontenay-sous-Bois (Le flash de l'appareil photo s'est substitué à la luminosité trop faible de cette saison...)



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 00:01
Que personne ne bouge!! J'ai là des informations qui vont en surprendre plus d'un!!
J'aimerais vous parler d'une plante que l'on trouve généralement sous forme de bonsaï dans les rayons "plantes d'intérieur" des jardineries: Podocarpus macrophylla.
Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant, il fait partie du "Top five" des bonsaïs les plus vendus!! Même si c'est une activité que j'ai pratiqué de nombreuses années, loin de moi l'idée de vous parler "bonsaï"...
Non, il s'agit là d'un végétal qui nous vient de loin & plus précisément du Sud-est de l'Asie. Il évolue généralement sous un climat sub-tropical (d'où sa présence sur ce site!) mais semble supporter des conditions bien moins favorables...

En effet et à ma grande surprise, j'ai pu découvrir à Paris, en plein air & en pleine terre, un superbe spécimen de Podocarpus qui semble se développer pour le mieux & dans le meilleur des mondes!!
Il est évident qu'une seule photo ne satisfera pas votre curiosité & que rien ne remplacera un bon oeil
pour se faire une idée sur un végétal mais, croyez-moi, Podocarpus macrophylla est juste hallucinant (encore plus en plein Paris!)
C'est un arbre (puisqu'il atteint les 10 mètres de hauteur dans son aire d'origine) qui est unique, tant par son port, par la forme de ses feuilles, que par leur couleur...
J'adore le vert tendre que portent les jeunes feuilles pour faire place ensuite à un vert bien plus intense lequel fait admirablement ressortir ces premières... Cette mise en scène est surenchérie par la couleur sombre du tronc & de ses branches. Le toucher "plastique" qu'elles suscitent est également assez déroutant.

Podocarpus macrophylla parait ne supporter que de très courts gels mais, force est de constater que, depuis une dizaine d'années déjà, le spécimen en photo ci-dessous semble se plaire à Paris dans un sol légèrement acide & au Nord-ouest exposé...
Une dépêche AFP vient de m'arriver & me confirme que le sujet dont je viens de vous parler à très bien supporté les gels (jusqu'à -10°c) de ces dernières semaines!!
Ne le taillez pas: laissez-le s'exprimer librement, c'est de cette façon que son port sera le plus naturel & régulier. Amendez le sol à chaque printemps juste pour lui donner toutes les chances de se développer au mieux lors de la belle saison.
Pour se le procurer il va falloir batailler: rare est le cas où l'on arrive à trouver un jeune pied non taillé & à moindre coup...

Malgré un hiver cette année bien trop froid pour nos "exotiques", je prévoie de l'installer dans mon jardin, quitte à le protéger un peu plus sérieusement en hiver et ce, dès le printemps prochain...
Ci-dessous, un détail desbranches & feuilles de Podocarpus macrophylla en pleine terre & en plein  Paris. Superbe!


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 00:01
Il n'existe pas des centaines d'arbustes "exotiques" qui se plient aussi facilement à nos attentes, à nos exigences ou à nos caprices, il y en a seulement quelques dizaines... Feijoa sellowiana en fait partie!
Que ce soit en pot ou pour le jardin, seul ou en "haie vive", le Feijoa est une plante absolument incontournable & je vais vous dire pourquoi!...

Plus couramment appelé "Goyavier du Brésil", celui-ci est peut-être plus connu pour son petit fruit "exotique" que pour sa culture (pour en avoir goûté un sur l'arbre, il faut tout de même se persuader qu'il a du goût pour l'apprécier!!) Mais bon, c'est un détail...
Avant toute chose, soyons conscients que nous avons une chance inouïe de pouvoir faire se développer une plante qui vient du Brésil (vous savez, ce petit bout de terre lointain où tout est plus beau & bien plus agréable que chez nous?!) Il y en a d'autres, certes, mais aussi robustes?... Pas des masses!
Le Feijoa est un bel arbuste aux feuilles oblongues & coriaces d'un beau vert bleuté au revers argenté. Pour vous situer, c'est l'Eleagnus ebbingei version "Tropical". Cela veut juste dire qu'il est cent fois plus intéressant que notre sempiternel Eleagnus!! On peut le tailler, le planter en pot comme en pleine terre, avec peu ou beaucoup de soleil en somme, le maltraiter, sans qu'il en prenne rigueur!...
Alors, assez rapidement & malgré les mauvais traitements, Feijoa vous offre une "vraie floraison exotique" (voir photo) Durant tout l'été, des fleurs légères & parfaitement dessinées se détachent discrètement d'un feuillage bleuté & régulier...

Et puis oui, comme le propose le titre de cet article, il faut noter que Feijoa a une excellente résistance au froid & même au gel, puisque des températures négatives (jusqu'à -10°c) ne lui font pas peur!! Ceci, même en condition humide (ce qui est plutôt bon à prendre par les temps qui courent!)
Alors & sans vous commander, faites-moi plaisir: remplacez au plus vite vos Aucubas, Fusains & autres Photinias par ce bien agréable Feijoa!...
Ne m'attendez pas au tournant, car vous le trouverez assez facilement (et de plus en plus) dans vos jardineries favorites.
Ci-dessous une fleur de l'arbuste brésilien prise "à la va-vite" à Rungis, lors d'un repérage pour la création d'un jardin "Méditerranéen"...



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 00:01
Alors là, oui, il s'agit bel & bien d'un coup de foudre!... Et c'est grâce à Laurent Ballot (encore lui!) que j'ai eu le plaisir de découvrir ce rare & superbe arbuste que l'on appelle Daphniphyllum macropodum.

Considéré comme une plante dite de "Terre de Bruyère", Daphniphyllum macropodum est un arbuste vraiment à part: on pourrait dire que c'est un parfait croisement entre un Rhododendron & une Euphorbe melifera (Si, c'est possible!...) En effet, l'arbuste, persistant, vous offre chaque année de nouvelles feuilles d'un vert quasi anis portées par des pétioles d'un intense & lumineux fuchsia: extraordinaire! Voyez combien les anciennes feuilles se plient comme pour mettre en avant la nouvelle génération!...

Le voir c'est bien, mais le cultiver est encore mieux!! Pour se le procurer, il faut déjà se lever très tôt (A ma pauvre connaissance, je ne sais même pas encore où l'on peut l'acheter!) Si! En Asie sûrement et plus précisément en Chine, en Corée ou au Japon d'où il est "endémique" (= originaire de) En attendant, on peut toujours essayer de le multiplier, par bouture "aoûtée" (= un rameau semi-lignifié, moitié vert - moitié bois) mais, comme me le précise Laurent, l'enracinement est plutôt lent (sans compter qu'il faut encore trouver un "pied mère"!)
Si votre bouture "prend", il faudra la cultiver dans un sol humifère: c'est à dire riche, quelque peu acide, frais & léger. L'exposition idéale sera la mi-ombre (le sujet en photo ci-dessous se développe avec bonheur à Paris en exposition Nord-Ouest)

La plante peut atteindre près de 3 mètres de hauteur comme de largeur, aussi vous faudra-t-il prévoir un peu de place pour son installation!... Sa croissance est assez lente, plus ou moins comme celle du Rhododendron.
La floraison de Dapnhiphyllum macropodum n'est pas impressionnante, même si gracieuse, mais les baies obtenues, de jolies petites billes mauve-noires, sont très décoratives...
Le magnifique spécimen ci-dessous a été pris en photo par Laurent Ballot, au cœur de Paris (dans un endroit très secret!!) à la fin du mois de mai...


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 00:01
Commençons par la partie qui fâche: on garde tous un très mauvais souvenir de l'Eucalyptus, surtout quand il était sous forme de suppositoires, non?!... Traumatisés? Presque!! Vous l'avez comprit, je voudrais attirer votre attention sur les Eucalyptus et plus particulièrement sur Eucalyptus gunni, le repas favori du Koala (la peluche vivante en voie d'extinction!)

L'Eucalyptus est un arbre originaire d'Australie (= pas de chez nous!), pays lointain dans lequel il peut atteindre fréquemment des hauteurs de 30 mètres & plus pour certains spécimens!...
Il nous fait cependant l'honneur de pouvoir également se développer sous nos contrées car, malgré sa provenance, il est particulièrement résistant au froid puisque des gels (de courte durée) de -15°c au moins lui paraissent supportables!
Est-il nécessaire de préciser que c'est un arbre "persistant"?! Non seulement il l'est, mais son feuillage si particulier, bleuté & odorant, ne vous laissera pas indifférent...
Eucalyptus gunni porte de jolies petites feuilles idéalement rondes, lesquelles semblent "soudées" à des tiges d'abord frêles, puis robustes pour devenir enfin puissantes... Celles-ci auront tendance à s'allonger avec le temps, afin qu'Eucalyptus gunni devienne "adulte". C'est alors que son tronc se parera d'une écorce unique, chamarrée, rappelant celle du Platane ou de l'Arbousier (en plus belle!) qui s'exfolie (= peler) à mesure que l'arbre grandit.

Attention: de faire se développer un Eucalyptus en pot demande beaucoup de soins, essentiellement parce que c'est un "soiffard"! En effet, il faudra veiller à l'arroser très généreusement & pratiquement quotidiennement  lors  de  la  "belle saison" (d'avril à septembre), sans quoi pour pourrez le perdre en quelques jours! En pleine terre, il aura tout le loisir de plonger ses racines en profondeur & de se rendre ainsi autonome.
Son développement est très impressionnant, puisqu'il peut croître de près de 2 mètres par an!... En pot, il aura tendance à se comporter de la même façon mais, si vous ne le taillez pas régulièrement (en fin d'hiver essentiellement), la plante aurait vite fait de saturer son contenant de ses nombreuses & puissantes racines!
Il va de soi que l'exposition qu'il affectionne particulièrement est le plein soleil, même s'il supportera une exposition mi-ombragée en terrasse bien exposée.

Il y a plus de 300 variétés d'Eucalyptus aussi le plus dur consistera à choisir celui qui vous plaira le plus!! En attendant et pour simplifier votre dilemme, je vous invite à en adopter un, en pot ou en pleine terre, dans les plus brefs délais!...
La photo ci-dessous ne vous présente que mon "bébé gunni", fraîchement acheté & rempoté, lequel ne vous donnera qu'une très petite idée sur le sujet. Alors... allez sur Internet!!


Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 00:01
Question: Je ne suis pas une monocotylédone, pas plus une "exotique", le nom que l'on me donne n'a (presque) rien à voir avec les fruits que je porte et, contrairement aux apparences, je pousse là où l'on ne m'attend pas: qui suis-je? Arbutus unedo: l'Arbousier!...

Voilà une plante Méditerranéenne qui mérite (encore une!) d'être plantée plus largement dans nos régions peu fréquentées par le soleil (au moins pour la bonne raison qu'elle résistera à des gels de -12 à -15°c environ!)
On l'appelle communément "Arbre aux fraises" à cause de ses fruits, jaunes puis rouges à maturité, qui apparaissent en même temps que les fleurs, proches de celles du Muguet, au début de l'hiver (entre novembre & janvier, selon les régions)

J'ai décidé de parler de l'Arbousier parce que la photo que j'avais pour l'illustrer était potable, certes, mais pas seulement! C'est véritablement un arbuste qui se mariera parfaitement avec toute flore Méditerranéenne voire, "exotique". Non seulement celui-ci est persistant (= garde son feuillage en hiver), mais en plus il développe de très gracieuses feuilles, finement dentelées & d'un vert profond sur des tiges idéalement fuschia. Avec le temps, les tiges se "lignifiant" (= devenant bois) l'écorce de l'arbuste prend toute son ampleur: les branches & le tronc se parent d'une unique couleur brun clair à rouge, irrégulière...

Il importe peu à Arbutus unedo où il pousse: que le sol soit calcaire ou un peu plus acide, il s'y développera bien du moment qu'il est au soleil. Arrosez-le généreusement en été et peu ou pas en hiver. Sa croissance étant plutôt moyenne à lente, un apport en engrais lors de la saison estivale ne lui sera que bénéfique. Cette lenteur de croissance justement nous permet de le cultiver en pot de longues années durant, du moment que l'on respecte le mélange suivant: 60% terreau plantation & 40% terre végétale (= de jardin), additionné d'un engrais organique à diffusion progressive.

L'arbuste n'est pas véritablement considéré comme un "fruitier", peut-être parce que la dégustation de son fruit, quelque peu âpre & sans véritable saveur, vous dissuadera d'en manger un deuxième!... Considérons-le simplement comme un arbuste d'ornement (sa fleur & son fruit étant très décoratifs)
On peut le voir à Paris au Parc de Bercy, dans le Jardin des Serres d'Auteuil, mais le plus beau représentant est certainement celui de l'Ecole de Botanique du Jardin des Plantes
la photo ci-dessous a été prise, au beau milieu de l'hiver... Alors?

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 00:01
Arrivée première à l'issue du casting de la "Nouvelle (plante) Star": Cordyline australis "purpurea"!!... Et sincèrement, c'est plutôt mérité!! Oui, car elle en a sous le pied!
Voilà une plante qui a un port très "exotique", qui est persistante & généreuse, qui pousse rapidement et qui résiste mieux au gel que ce que l'on croit, puisque les Cordylines supportent des températures de 8 à 10°c en-dessous de zéro!!

Je vous la présente: "Cordyline", c'est son nom de famille, "australis", parce qu'elle nous vient d'Australie et "purpurea", du fait de sa couleur pourpre. Même si les plus belles se trouvent certainement en Australie ou en Nouvelle Zélande, de très beaux spécimens de plus de 6 mètres se développent à merveille depuis des décennies dans le Sud de la France, mais surtout en Bretagne et en Normandie (voir le Jardin de Vauville)  Les Bretons n'ont pas que Forêt de Brocéliande ou la "galette", ils ont aussi Cordyline australis! A quand les "Parigots" & les autres?!...
Eh bien c'est en cours! On la plante petit à petit de plus en plus et ce, dans nombre de régions. Et on a raison! On la verra davantage encore les prochaines années. Son prix est très abordable & elle est facile à trouver en jardinerie.

Elle résiste très bien au gel: je fais germer nombre de Cordylines en Seine & Marne depuis des années, lesquelles restent dehors, sans protection, depuis leur première année. Je n'en ai jamais perdu une seule!! Le pire qu'il puisse arriver c'est que les feuilles aient tendance à jaunir...  Notons toutefois que "l'espèce type" (Cordyline australis - feuilles vertes) est sûrement plus résistante que "purpurea" de quelques petits degrés... Sa multiplication est la plus simple qu'il soit: il suffit de prélever des graines (noires & minuscules) sur des infrutescences mûres (entre fin août et début février selon les régions) Semez-les sans les faire tremper en les recouvrant à peine de terreau à une température de 20-25°c environ. Les graines lèvent entre une à trois semaines. Le développement est régulier, même si un peu lent au début, plus le temps passe et plus la croissance s'accélère. Depuis la graine, vous obtiendrez en quatre ans environ un pied de près d'un mètre de hauteur!...

Sachez aussi qu'elle produit chaque année de très belles inflorescences, couvertes de milliers de minuscules fleurs blanches l'été venu. Celle-ci est particulièrement décorative et donnera, davantage encore, un aspect "exotique" à votre jardin. C'est à partir de ces inflorescences que la plante peut se diviser pour donner à Cordyline australis un port plus arbustif & impressionnant encore...
Arrosez-la généreusement l'été, protégez-la correctement en hiver. Je vous conseille de la planter par deux ou trois afin d'obtenir un effet plus "paysager". En container, réservez-lui un pot plus profond que large (elle a une racine pivot puissante & profonde)
Ci-dessous, Cordyline australis "purpurea" au cœur de l'hiver, dans un square parisien...

undefined

Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 00:01
La photo ci-dessous vous parait bleutée? C'est normal! Melianthus major a des feuilles "glauques" (= vert-bleuté) Le revers de ses feuilles lui, est argenté.
La plante est persistante (bien), elle s'étale facilement, puisqu'elle peut prendre 2 à 3 mètres de largeur & plus, pour une hauteur de près de 2m50 (très bien!) Mais ce n'est pas tout: cette étonnante Melianthus major, originaire d'Afrique du Sud, résistera à des gels de l'ordre de -10°c au moins!!  Alors, pas mal non?!...

Ce qui frappe au premier abord, outre son port "exotique" & son feuillage caractéristique, c'est son odeur! Quand on la touche ou même quand on l’effleure, il reste sur nos mains une odeur persistante de beurre de cacahuète... C'est très surprenant!
Son inflorescence, elle aussi, est étonnante! (je vous invite à consulter Internet pour la découvrir "plein écran) C'est une fleur quasi-pourpre & dressée, quelque peu "Jurassique"...

Petit à petit, Melianthus développe de longues & larges feuilles bleutées plutôt uniques dans l'univers des plantes "exotiques"...
Avec le temps, la plante forme de larges buissons lesquels prendront place aisément dans votre jardin. J'ai peur de me répéter, mais il est encore très difficile de se la procurer (à moins d'acheter un pied lors de rencontres de collectionneurs ou de tenter de la semer!...)
Cette plante "tout terrain" pourra supporter des périodes passagères de sécheresse (voire de "canicule") du moment qu'elle est plantée dans un sol riche, frais, mais bien drainant, au soleil voire, à la mi-ombre.

Attention tout de même: outre ses qualités, Melianthus révèle une certaine toxicité si l'on tente d'ingérer ses feuilles! Pour la multiplier, il suffit de diviser la motte au printemps. Quoi qu'il en soit, c'est vraiment une plante qu'il faudra penser à intégrer à votre jardin "exotique" (et si possible, dès le printemps prochain!)
Le Melianthus major ci-dessous a été pris à l'Ecole de Botanique du Jardin des Plantes à Paris en fin d'automne.. (notez tout de même que, malgré les gels successifs des derniers hivers, la plante n'a absolument pas bougé, elle a même parfois poussé!)

Melianthus-major.jpg



Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 00:30
Allez, encore une plante qui nous vient du Japon!  Ce n'est pas pour me déplaire et c'est étonnant de voir, parmi les plantes que j'affectionne, combien sont  "japonica", "japonicum" ou "japonicus"... Je pense, entre autres, à Equisetum japonicum (une variété de Prêle), Acer japonicum (l'Erable du Japon),  Farfugium japonicum, Ophiopogon japonicus, Petasites japonicus, Azalée japonica & tant d'autres...

Bon, ce qui est très intéressant avec Fatsia japonica, quand on s'intéresse aux plantes dites "exotiques", c'est qu'il pousse à l'ombre!! Oui, même très à l'ombre s'il le faut! En effet, quand votre jardin commence à se remplir de Palmiers, Bananiers, Cordylines & autres Yuccas, ce qu'il vient à manquer en premier (outre la place) c'est le soleil!
J'en vois parfois, lors de visites dans des petites courettes parisiennes très sombres, qui sont parfaitement épanouis! Quel courage: donner de telles feuilles avec une telle générosité le tout avec si peu de terre (souvent de piètre qualité) et pas une once de soleil... Je dis bravo & suis preneur!!

La plante est en fait un arbuste persistant, souvent vendu (à tort!) comme plante d'intérieur, car on pense encore qu'elle résiste mal au froid: c'est faux! Les Fatsia (que l’on appelle souvent "faux Aralia") peuvent résister jusqu'à pratiquement -15°c et rester plusieurs jours sous la neige sans dépérir!...
A l'automne, ils se parent de belles inflorescences très érigées couvertes de centaines de minuscules fleurs blanches, plutôt décoratives, qui deviennent ensuite de petites baies vertes, puis noires. Vous pouvez les récolter et les faire germer à une température de 20-25°c environ, à la lumière, mais à l'abri du soleil direct. Surtout chez les jeunes plants, le soleil peut facilement abîmer les feuilles.

La plante pousse lentement mais sûrement, vous pouvez la tailler, elle n’en sera que plus ramifiée et son port épanoui & "tropical"... En bref, encore une plante incontournable!
Je la marierais bien avec Dicksonia antartica (fougère arborescente), Gunnera manicata, Chamaedorea radicalis ou microspadix (palmiers), Pseudosasa japonica (bambou aux larges feuilles), Hostas & diverses fougères rustiques et enfin avec Lysimachia nummularia "Goldilocks" ou Helxine soleirolii (couvre-sols)...
Faute de photo potable à vous proposer, j'ai pris ce Fatsia japonica à la va-vite dans une grande jardinerie parisiene...
 

Fatsia-japonica.JPG
Repost 0
Published by Silvère Doumayrou - dans Arbres & arbustes
commenter cet article

La Pépinière C'est Quoi?

  • : La Pépinière
  • La Pépinière
  • : Silvère Doumayrou vous propose chaque semaine un nouvel article sur les plantes dites "exotiques" acclimatables à la région Parisienne et, plus largement, sur les végétaux qui l'ont séduit. Photos, conseils, expériences, nouvelles espèces...
  • Contact

Rechercher Une Plante/un Sujet

Les Articles Par Catégorie